MEG : M&G construit une bioraffinerie en Chine

Partager cet article avec :

Le groupe italien M&G Chemicals a l’intention de construire une bioraffinerie de deuxième génération dans la région de Fuyang, province d’Anhui en Chine pour la conversion d’un million de tonnes de biomasse en bioéthanol et bioglycols (en particulier en monoéthylène glycol ou MEG). Le projet devrait être réalisé à travers un joint-venture avec la société chinoise Guozhen qui mettra à sa disposition un million de tonnes de paille. La lignine obtenue comme co-produit de la bioraffinerie permettra d’alimenter une centrale de cogénération de 45 MW qui sera construit en même temps, sur le même site. M&G Chemicals sera le partenaire majoritaire de la bioraffinerie et le partenaire minoritaire de la centrale. L’usine chinoise, qui devrait représenter un investissement d’environ un demi-milliard de dollars, devrait être mise en service à la mi- 2015. Les enzymes seront fournies par Novozymes.

Une technologie fournie par Beta Renewables
La bioraffinerie aura recours à la technologie Proesa sous licence de Beta Renewables, un joint-venture entre Biochemtex (une société du groupe Mossi Ghisolfi), le fonds américain TPG et le danois Novozymes, spécialiste de la production d’enzymes .
Cette bioraffinerie de deuxième génération sera quatre fois plus importante (sur la base du volume de biomasse traitée) que celle construite par Beta Renewables à Crescentino en Italie, et qui a été récemment inaugurée.

« C’est le premier acte d’une révolution verte que M&G Chemicals apporte à la chaîne de polyester pour offrir plus de durabilité à la fois aux emballages de boissons en PET et aux textile en polyester », a déclaré Marco Ghisolfi, p-dg de M&G Chemicals. « Le calendrier et la portée de cette révolution, ainsi que notre entrée en production en Chine, sont d’autant plus pertinents que la Coca-Cola Company a annoncé son intention d’utiliser son emballage PlantBottle, qui est partiellement fabriqué à partir de plantes, pour l’ensemble de ses bouteilles en plastique PET à travers le monde d’ici à 2020 » a ajouté Marco Ghisolfi.

Partager cet article avec :