Matrica démarre ses premières unités d’intermédiaires biosourcés

Partager cet article avec :

Matrica, la coentreprise à parts égales entre les Italiens Novamont et Versalis (filiale chimique du groupe pétrolier Eni) a inauguré mi-juin la mise en service de sa première unité de production de son bio-complexe de Porto Torres en Sardaigne. Cette unité convertit des huiles végétales en monomères et intermédiaires tels que de l’acide azélaïque et de l’acide pélargonique.

Par la suite, Matrica devrait démarrer deux autres unités qui permettront de transformer les monomères et intermédiaires en huiles pour l’industrie des pneumatiques, ou en produits de base pour la constitution de bio-lubrifiants, de bio-plastifiants pour polymères, et de produits pour des formulations cosmétiques.

Un investissement total de 500 M€

Ces projets représentent la première phase dans la construction d’un vaste complexe « vert », pour un investissement de 180 millions d’euros et des capacités de production initiales de 70 000 tonnes par an. Le complexe sera édifié en trois phases d’ici à 2017. Il atteindra des capacités de 350 000 t/an dans le cadre d’un investissement total d’environ 500 M€, selon les plans établis initialement par la coentreprise.

Partager cet article avec :