Matériaux biosourcés et automobile : Ford et Heinz collaborent

Partager cet article avec :

De la tomate dans une voiture? Bien que cela semble incongru, c’est ce qui pourtant pourrait découler de la collaboration signée entre le constructeur automobile Ford et le groupe spécialisé la production de ketchup H.J. Heinz. Ce partenariat vise à étudier l’intégration de sous-produits issus de tomate dans des composites destinés au secteur automobile. « Nous analysons la possibilité d’utiliser ce sous-produit naturel pour une application automobile. Notre objectif est de concevoir une matière légère et résistante conforme aux attentes en matière de véhicule tout en réduisant dans le temps notre impact environnemental global », explique Ellen Lee, spécialiste technique en recherche plastique chez Ford. Ainsi, les peaux de tomates séchées pourraient servir en tant que support de câblage ou en tant que console de rangement au sein d’un véhicule.

Ford engagé dans le développement durable

Le constructeur automobile est très actif concernant des solutions durables à intégrer à ses véhicules. Ford a initié il y a deux ans une collaboration avec les groupes Heinz, Coca-Cola, Nike et Procter & Gamble pour accélérer le développement d’un plastique 100  % végétal qui pourrait se substituer aux produits pétrosourcés dans diverses applications telles que l’emballage. Plus récemment, le groupe avait envisagé d’intégrer le PET partiellement biosourcé et recyclé de Coca-Cola pour l’habillage intérieur de son prototype de voiture hybride rechargeable Ford Fusion. Ces dernières années, Ford a progressivement intégré des produits biosourcés et non métalliques recyclés au sein de ses véhicules : renforts de fibre de cellulose dans les consoles, coque de riz dans les supports électriques de carénage, composites à base de noix de coco, coton recyclé dans les tissus de sièges, mousse de soja dans les appuie-têtes, etc.

Partager cet article avec :