Mäder veut produire des composites en impression 3D

Partager cet article avec :

La société Mäder, adhérente du pôle Maud, vient de mettre au point un procédé de « Moulage Linéaire Automatisé » pour réaliser des pièces composites pour les industries de l’automobile, du ferroviaire et de l’aéronautique. Il permet de maîtriser l’utilisation de matière, de réduire la consommation énergétique (par un facteur 5000) et d’obtenir une cadence de production élevée (une pièce à la minute) en réponse aux besoins de l’industrie automobile. Cette innovation de rupture pourrait d’ailleurs faciliter le développement de la voiture du futur consommant 2L/100.

Protégé par plusieurs brevets mondiaux, ce procédé est basé sur le principe d’une stratification photopolymérisée. Jusqu’à présent la fabrication d’une pièce composite de type SMC ((Sheet Molding Compound) passait par un cycle comprenant une étape imprégnation et de préimprégnation (prépreg) d’une trentaine de minutes où résines, fibres de verre, charges, mouillants et catalyseurs étaient mis en présence. Puis la pièce était stockée (jusqu’à 15 jours) avant de procéder à l’étape de thermocompression (compression à 80 bars puis polymérisation à 150°C).

Augmenter la cadence

Le nouveau cycle de fabrication, proposé par Mäder, est basé sur le dépôt de couches successives comprenant la dépose d’une résine propriétaire (PhotoBCure 15 s), une dépose de fibres (15 s) et une phase de réticulation UV (1 s). Au terme de cette séquence de stratification totalement automatisée, qui équivaut à un principe d’impression 3D, la pièce peut passer en finition : usinage, dépose d’inserts et mise en peinture. Mäder aurait d’ores et déjà signé une exclusivité mondiale avec Faurecia pour le développement d’une première ligne de production aux Etats-Unis à l’horizon 2017, selon un article paru dans Les Echos.

Vers la production de composites biosourcés

Pour l’heure, la résine développée est d’origine fossile. Dans une deuxième étape, et dans le cadre de travaux menés au sein de l’ITE Ifmas, il est prévu de développer une nouvelle résine sur base biosourcée pour obtenir des agrocomposites à plus faible empreinte carbone.

Partager cet article avec :