Macro-algues : Genialg veut promouvoir la culture et la valorisation en bioraffinerie

Partager cet article avec :
Algue verte Ulva-Wikipédia.
Algue verte Ulva -Wikipédia.

Le projet européen Horizon 2020 « GENIALG, GENetic diversity exploitation for Innovative macro-ALGal biorefinery » est officiellement lancé ce mardi 24 janvier 2017 à la Station Biologique de Roscoff, en présence de plus de 70 membres du consortium européen et d’acteurs de la filière algues.

Il vise à développer la valorisation des cultures des grandes algues marines dans les bioraffineries, à renforcer la compétitivité des filières d’exploitation et à promouvoir des méthodes de production durable d’algues qu’elles soient cultivées en pleine mer ou en bassins à terre. L’objectif étant de renforcer la position de la France en tant que leader européen des bioraffineries de macro-algues.

Doté d’une subvention européenne de 11 M€ sur 4 ans, le projet Genialg réunit 19 partenaires publics et privés de 6 pays européens. Il prolonge à l’échelle européenne le travail mené dans le cadre du Projet Investissements d’Avenir Idealg en assurant le transfert vers les entreprises des connaissances acquises.

Lauréat de l’appel à projet européen « croissance bleue« 

Le projet Genialg est l’un des deux lauréats de l’appel à projets européen Horizon 2020 « Croissance Bleue » de 2016. Il s’intéresse tout particulièrement à la production et à l’exploitation durable de deux espèces d’algues à haut rendement : l’algue brune Saccharina latissima et l’algue verte Ulva sp. Des études seront menées afin de démontrer la faisabilité économique et l’absence d’impact environnemental de la culture et du raffinage de cette biomasse d’algues pour développer de multiples usages. Les partenaires du consortium utiliseront les connaissances déjà disponibles sur les biotechnologies des algues et feront appel à des outils et méthodes neutres pour l’environnement permettant de produire des souches à haut rendement en quantités et qualités et économiquement rentables. La mise au point de démonstrateurs industriels utilisant de nouveaux procédés biotechnologiques, permettra de fournir une grande diversité de composés chimiques pour des applications et marchés nouveaux ou existants par exemple dans les domaines de la cosmétique de la santé des animaux et des biomatériaux.

Les retombées économiques investiguées

Le projet s’attachera également à anticiper les retombées de ces développements en matière de bénéfice économique et de création d’emplois. Enfin les questions de conservation de la ressource et de sécurité biologique seront également abordées, ainsi que les aspects sociétaux tels que l’acceptabilité et les conflits d’usage avec les autres activités maritimes (la concurrence pour l’espace et l’accès à l’eau de mer par exemple).

Pour atteindre ces objectifs, Genialg rassemble un consortium trans-sectoriel et complémentaire de scientifiques et d’entreprises privées dans différents domaines (texturants, aliments, agriculture, bioplastiques, produits pharmaceutiques, produits de soins personnels …).

Coordinateur
CNRS, Station Biologique Roscoff, France

+ 18 Participants
AquaTT UETP (Irlande)
Alcaplus (Portugal)
Algaia (France)
Amadeite (France)
Biome Technologies (Royaume-Uni)
Ciimar – Centro Interdisciplinar de Investigação Marinha e Ambiental (Portugal)
C-Weed Aquaculture (France)
Inegi (Portugal)
Iota Pharmaceuticals (Royaume-Uni)
Lessonia (France)
National University of Ireland, Galway (Irlande)
Seaweed Energy Solutions (Norvège)
Sintef (Norvège)
Stichting Wageningen Research (Pays-Bas)
The Scottish association for Marinescience (Royaume-Uni)
Université de Aveiro (Portugal)
Université de York (Royaume-Uni)
The Biorenewables development centre (Royaume-Uni)

Partager cet article avec :