L’Etat et Protéines France à la conquête d’une place de leader mondial

Partager cet article avec :

Le consortium d’industriels, Protéines France, dont la vocation est de fédérer l’ensemble des acteurs du secteur protéique français et l’Etat français ont signé le 16 octobre, lors du salon de l’agroalimentaire Sial, un engagement conjoint. Au programme, la mise en œuvre d’un programme stratégique de développement en termes de recherche, d’investissement et de soutien de la filière pour faire de la France un leader mondial des protéines.

« Les enjeux liés au développement et au renforcement d’une filière des protéines en France sont considérables, en lien avec l’augmentation de la demande alimentaire à l’échelle mondiale » explique le pôle IAR dans un communiqué.

Le consortium Protéines, dont la coordination et l’animation sont assurées par le pôle IAR, regroupe 7 membres fondateurs parmi le plus grands acteurs français des protéines avec  Avril, Limagrain, Neovia, Roquette, Tereos, Terrena, Vivescia. Il a été lancé suite à la présentation en avril dernier des travaux d’un groupe de travail baptisé « protéines du futur » piloté par l’ANIA (Association Nationale pour l’Industrie Alimentaire) et coordonné toujours par le pôle IAR. Ce groupe de travail s’était inscrit dans le cadre de la solution « alimentation intelligente » de la Nouvelle France Industrielle.

La France armée pour relever le défi

« La France dispose d’un fort potentiel d’augmentation de sa production de protéines végétales. Le développement de filières de transformation des matières premières agricoles, créatrices de valeur et fortes sur les marchés d’exportation, représente un enjeu d’avenir pour la valorisation des productions agricoles françaises » a estimé Alexis Duval, président du directoire de Tereos. De plus les initiatives pour développer de nouvelles sources de protéines sont nombreuses et en plein essor sur le territoire (accroissement des surfaces cultivées, élevage, micro et macro algues, insectes, biotechnologies…).

« IAR, Pôle de la Bioéconomie, se réjouit de l’avancée concrète de ce dossier, qui va s’intensifier au cours des six prochains mois. Nous sommes fiers d’y tenir un rôle majeur pour que se développe en France la filière protéique. Nos territoires et les adhérents d’IAR en particulier ont toutes les cartes en main pour saisir les opportunités qui en découleront » a ajouté Boris Dumange, directeur général du pôle IAR.

Une demande en protéines en très forte croissance

Pour répondre aux besoins en alimentation, tant animale qu’humaine, on estime que la demande globale en protéines augmentera de 40% d’ici 2030, soit une croissance annuelle globale de plus de 7%, Le marché mondial des ingrédients protéiques est estimé en 2016 à environ 23 milliards d’euros

 

Partager cet article avec :