Les Laboratoires Science et mer et Chimex partenaires pour exploiter des macroalgues

Partager cet article avec :

Rivage est un nouveau programme de recherche porté par Les laboratoires Science et mer, des spécialistes de la formulation d’actifs cosmétiques installés à Le Relecq-Kerhuon en Bretagne et qui travaillent essentiellement en sous-traitance pour des tiers. Labellisé par les deux pôles de compétitivité Pôle Mer Bretagne et Cosmetic Valley, le programme a été admis au FUI 20. Il se déroulera sur 4 ans à partir de janvier 2016, et sera doté d’un budget global de 2,8 millions d’euros. Son objectif vise à identifier et industrialiser des familles d’actifs extraits de macroalgues brunes, récoltées dans le parc naturel marin d’Iroise situé à la pointe du Finistère et qui n’ont pas encore été exploitées dans le domaine de la cosmétique. Trois familles d’actifs sont principalement ciblées : les anti-âge, les antimicrobiens et les anti-UV.

Deux partenaires académiques et deux partenaires industriels

Chimex est un partenaire industriel du projet Rivage (actifs cosmétiques à base de macroalgues).
Chimex est un partenaire industriel du projet Rivage (actifs cosmétiques à base de macroalgues).

Pour mener à bien ce projet Rivage, Les laboratoires Science et mer se sont entourés de deux partenaires académiques avec lesquels ils collaborent depuis plusieurs années, à savoir l’université de Bretagne Occidentale (et plus particulièrement les chercheurs du LEMAR-IUEM UMR 6539) et l’université de Nantes (laboratoire de pharmacie industrielle et de cosmétologie). Deux partenaires industriels, le spécialiste de chimie fine Chimex et la société C-Weed Aquaculture sont également associés au projet.

« Nous allons sélectionner des algues brunes qui sont riches en composés phénoliques » souligne Maud Larnicol directrice R&D et Qualité des Laboratoires Science et mer. Ces algues seront récoltées dans le respect strict du cahier des charges du parc naturel par C-Weed. En phase d’industrialisation et si le besoin s’en fait sentir, elles pourront également être mises en culture par la société qui possède une maîtrise de la culture, la récolte et le séchage des algues marines. Quant à la société Chimex, « nous l’avons choisie pour deux raisons, pour ses connaissances en écoconception et en extraction par la mise en œuvre de procédés de chimie verte » explique Maud Larnicol. « En résumé si le projet aboutit, C-Weed assurera la fourniture de macroalgues par récolte ou culture, Chimex produira les nouveaux actifs, tandis que Les laboratoires Science et mer les commercialiseront et les intègreront dans les formulations cosmétiques de leurs clients. »

Des technologies d’extraction éco-responsables

Le son de quinoa est une source de matières actives cosmétiques.
Le son de quinoa est une source de matières actives cosmétiques.

Filiale du groupe L’Oréal, Chimex est un spécialiste de la production d’ingrédients basée sur des technologies éco-responsables. La société qui a développé toute une palette de procédés innovants a déjà l’expérience de l’extraction d’actifs à partir de végétaux terrestres. Sébastien Duprat de Paule, directeur de la R&D de Chimex, cite par exemple un tout nouveau programme mis sur pied par L’Oréal en Bolivie et qui consiste à exploiter durablement du son de quinoa pour les saponines et polyphénols qu’il contient. A cet effet, Chimex a conçu et développé tout spécialement un procédé d’extraction par chimie verte.

Grâce au programme Rivage, Chimex saisit l’opportunité de travailler sur d’autres types de végétaux, les macroalgues, pour y tester des technologies déjà éprouvées sur les végétaux terrestres. Sébastien Duprat de Paule ajoute que c’est le 1er FUI auquel Chimex participe. « Cela s’inscrit dans notre nouvelle stratégie qui vise à nous ouvrir à des collaborations extérieures » complète-t-il.

Partager cet article avec :