Les Laboratoires Expanscience misent sur l’avocat

Partager cet article avec :
Les Laboratoires Expanscience utilisent plusieurs milliers de tonnes d’avocat chaque année.
Les Laboratoires Expanscience utilisent plusieurs milliers de tonnes d’avocat chaque année.

Présent dans les domaines de la pharmacie et de la cosmétique, le laboratoire a développé une expertise autour de la valorisation de l’avocat.

Médicaments contre l’arthrose, actifs cosmétiques dans les applications de soin pour les bébés et pour ses propriétés détoxifiantes, etc. Les Laboratoires Expanscience utilise l’avocat à toutes les sauces pour des applications très diverses de son portefeuille de produits pharmaceutiques et dermo-cosmétiques. « Les Laboratoires Expanscience ont commencé à étudier l’avocat il y a plus de 30 ans, et en ont extrait des molécules très spécifiques, composants majoritaires de notre médicament indiqué dans le traitement de l’arthrose. Le Piasclédine 300 est aujourd’hui le médicament leader sur ce marché en France », témoigne Sophie Leclère Bienfait, responsable Innovation et développement Actifs cosmétiques des Laboratoires Expanscience. Depuis le laboratoire français a développé une expertise autour de ce fruit qu’il valorise à 100 % et à partir duquel il produit sept substances différentes. « Nous avons à ce jour validé trois filières d’approvisionnement pour l’avocat qui doivent répondre à un cahier des charges très précis pour l’utilisation pharmaceutique », indique Sophie Leclère Bienfait. Les milliers de tonnes d’avocats consommées par la société chaque année subissent un traitement sur le lieu de récolte, « selon un procédé breveté de séchage et pressage pour obtenir une huile de qualité pharmaceutique », précise la responsable Innovation et développement Actifs cosmétiques. Cette étape permet de séparer l’huile brute de la matière solide appelée tourteau. « Dès lors, deux chaînes de valeur co-existent, l’une reposant sur la valorisation de l’huile brute, l’autre sur celle du tourteau d’avocat », précise l’entreprise.

Cette huile est alors traitée pour obtenir « la fraction insaponifiable (environ 3 à 5 % de l’huile) extrêmement active ». Cet élément sous forme de pâte brune est utilisé en combinaison avec une fraction insaponifiable de soja et constitue alors l’actif pharmaceutique de Piasclédine 300 indiqué dans le traitement symptomatique à effet différé de l’arthrose de la hanche et du genou.

L’huile d’avocat résiduelle de la filière pharmaceutique est également valorisée sous différentes formes, pour la fabrication d’actifs cosmétiques. Elle subit différentes étapes de raffinage, afin de répondre aux exigences de formulation cosmétique et avec sa composition particulière en acides gras, elle convient à l’hydratation des peaux sensibles. Cette huile raffinée peut également être estérifiée (esters butyliques d’avocats) afin d’obtenir un actif cosmétique séborégulateur.

Une utilisation du tourteau

Le laboratoire français utilise également le tourteau résiduel de l’étape de pressage afin d’obtenir des ingrédients et actifs cosmétiques uniques et brevetés. Par broyage et calibration du tourteau, Expanscience produit une poudre exfoliante pour les savons et produits cosmétiques. Grâce à un procédé breveté, composé d’étapes d’extractions sélectives, purifications et concentrations, Expanscience obtient « le Perséose, composé de sucres rares en C7, mélange de mannoheptulose et de perséitol. Cette matière purifiée, brevetée est utilisée dans les produits de la marque Mustela Bébé », souligne Sophie Leclère Bienfait. Ces sucres, sous forme de poudre blanc-cassé, présentent des propriétés de protection de la peau (préservation du capital cellulaire, renforcement de la barrière cutanée, hydratation…). Enfin, par hydrolyse enzymatique et purifications successives, les Laboratoires Expanscience produisent des peptides d’avocat, actifs cosmétiques à l’action détoxifiante, repulpante, anti-âge et anti-prurit.

La société qui emploie près de 900 personnes ne se contente pas de l’avocat comme matière première biosourcée. Expanscience emploie aussi le soja, le lupin, la maca etc. Au total, l’entreprise a fabriqué plus de 57 millions de produits en 2013, avec un chiffre d’affaires de 259,4 M€. Il est réparti entre les activités dermo-cosmétique (53,1 % du CA), rhumatologie (38,9 %), dentaire (3,7 %), dermatologie (3%), actifs cosmétiques (1,2 %) et façonnage (0,1 %). Par ailleurs, 3,7 % du chiffre d’affaires 2013 ont été investis en R&D.

Partager cet article avec :