Les capacités mondiales de bioplastiques croissent au ralenti

Partager cet article avec :

global_prod_capacity_total_2016_enLa capacité mondiale de production de bioplastiques devrait passer de 4,2 millions de tonnes en 2016 à environ 6,1 millions de tonnes en 2021, selon les dernières données d’European Bioplastics, présentées lors de la 11e Conférence européenne des bioplastiques à Berlin.

« Le marché devrait connaître une croissance de 50% au cours des prochaines années, malgré le faible prix du pétrole », explique François de Bie, président de l’organisation European Bioplastics.

L’emballage, premier débouché
bioplastiques-2016-nova_page_07L’emballage reste le premier domaine d’application pour les bioplastiques avec près de 40% du marché en 2016 (1,6 million de tonnes). Les données confirment également une augmentation décisive de la part des bioplastiques dans de nombreux autres secteurs, y compris les biens de consommation (22% du marché, 0,9 million de tonnes), l’automobile et les transports (14%, 0,6 million de tonnes), le secteur du bâtiment et de la construction (13%, 0,5 million de tonnes).
« Les données illustrent une tendance importante, liée à l’évolution des demandes des consommateurs. Elle vise à rendre les produits en plastique plus performants au plan de la ressource avec une contribution à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la dépendance aux ressources fossiles », explique François de Bie.

Les bioplastiques non biodégradables sont plus demandés
Les plastiques biosourcés non biodégradables, tels que les polyuréthanes (PUR) et les solutions drop-in, comme le PE et le PET biosourcés, sont les principaux moteurs de cette croissance. Le PUR (contenant de 10 à 100% de carbone biosourcé) représentant environ 40% et le PET plus de 20% des capacités de production mondiales de bioplastiques. Plus de 75% de la capacité de production mondiale de bioplastiques en 2016 était consacrée à des plastiques biosourcés durables (non-biodégradables). Cette part passera à près de 80% en 2021.
Les capacités de production de plastiques biodégradables, tels que le PLA, le PHA et les mélanges d’amidon, augmentent régulièrement. Elles passeront d’environ 0,9 million de tonnes en 2016 à près de 1,3 million de tonnes en 2021. La production de PHA sera presque quadruplée d’ici 2021 par rapport à 2016, en raison de la montée en puissance de capacités en Asie et aux Etats-Unis et le démarrage de la première usine de PHA en Europe. L’Asie confortera son rôle de plaque tournante de la production.

Une production à 45% asiatique

En 2021, plus de 45% des bioplastiques seront produits en Asie, estime l’association européenne. Environ un quart de la capacité mondiale de production de bioplastiques sera située en Europe.
Les bioplastiques sont une industrie innovante en croissance qui offre des solutions pour une économie durable. Pourtant, en dépit de ces avantages, les données montrent que la croissance globale du l’industrie des bioplastiques est actuellement freinée par la faiblesse des prix du pétrole et le faible soutien politique à l’économie biosourcée. Selon l’Institut de recherche nova-Institut, d’une croissance de 10% par an sur la période 2012-2014, le marché des bioplastiques devrait passer à une croissance de 4% par an sur la période 2015-2021, voisine de celle de l’ensemble des polymères, polymères d’origine fossile compris.

Un besoin de cadre politique
« Etablir un cadre politique européen qui garantit l’égalité d’accès aux ressources biosoucées au sein de la bioéconomie et qui crée des conditions équitables pour les matériaux biosourcés et les matériaux conventionnels est d’une importance primordiale », explique Hasso von Pogrell, directeur général d’European Bioplastics. « Il est reconnu que les plastiques compostables et d’autres matériaux innovants conçus pour la circularité jouent un rôle facilitateur pendant leur utilisation et leur fin de vie pour rendre la gestion des flux de déchets plus efficace. Nous demandons donc instamment aux législateurs de l’UE d’examiner les nombreux avantages des matériaux biosourcés dans la mise en œuvre du Paquet Economie circulaire de l’UE et d’appuyer les initiatives visant à mettre en place un mécanisme mondial de tarification du carbone pour intégrer les coûts externes du changement climatique dans les prix des produits. Ceci permettrait la pénétration du marché de matières comme les bioplastiques qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre » conclut von Pogrell.

Des données élaborées en cooprération avec nova-Institute
European Bioplastics a précisé que la mise à jour de ces données de marché 2016 a été élaborée en coopération avec nova-Institute (Hürth, Allemagne), sur la base de l’étude « Bio-based Building Blocks and Polymers » (2016). Il est néanmoins à noter que les chiffres de marchés ne sont pas tout à fait similaires. Ainsi nova-Institut annonce une capacité de production à 6,6 Mt en 2016 et 8,5 Mt en 2021. La différence résiderait dans le périmètre étudié, nova-Institut incluant dans ses analyses sur les polymères biosourcés, les époxys (environ 30% de carbone biosourcé), l’EPDM et l’acétate de cellulose (50% de carbone biosourcé), qui ne sont pas inclus dans les études d’European Bioplastics.

Pour plus d’informations : www.bio-based.eu/markets.

Partager cet article avec :