Lego investit 130 M€ dans les matériaux durables

Partager cet article avec :
Lego produit 80 milliards de briques par an.
Lego produit 60 milliards de briques par an.

Le groupe Lego prévoit d’investir un milliard de couronnes danoises (130 millions d’euros) pour financer de la R&D sur de nouvelles matières premières durables qui entreront dans la fabrication de ses briques et des emballages de ses produits. Le groupe danois cherche désormais à s’affranchir de l’ABS (Acrylonitrile Butadiène Styrène) qu’il utilise pour produire ses célèbres briques.

« C’est une étape majeure pour le groupe Lego dans l’atteinte des objectifs fixés pour 2030 en matière de développement durable. Nous avons déjà pris des mesures importantes pour réduire notre empreinte carbone et avoir un impact positif sur la planète : diminution du volume des emballages, introduction de matériaux d’emballage labellisés FSC, investissement dans un parc éolien en mer. Maintenant, il est temps de nous concentrer sur les matériaux » a déclaré Jørgen Vig Knudstorp, CEO et président du groupe Lego.

Centre Lego dédié aux matériaux durables
Cet investissement permettra la création du Centre Lego dédié aux matériaux durables. Basé au siège social du groupe, à Billund, au Danemark, il aura pour mission de réunir l’ensemble des fonctions et salariés impliqués dans la recherche de matériaux alternatifs. Ce projet contribuera également au recrutement de plus de 100 spécialistes en matériaux dans les prochaines années.
La décision d’accélérer la recherche de matériaux durables a été prise en mai 2015, lors de l’assemblée générale du groupe Lego. Mais Lego avait fait part pour la première fois en 2012 de sa volonté de trouver et de mettre en œuvre d’ici 2030 des matériaux alternatifs. Et l’impact ne sera pas négligeable sachant que 60 milliards de briques ont été produites en 2014.

« Les tests et les recherches que nous avons déjà effectués nous ont permis de mieux cerner les difficultés auxquelles nous faisons face pour réussir notre mission. Nous répondons à ce défi en mobilisant des ressources importantes, en prévision de la prochaine phase de notre projet : trouver et mettre en œuvre des matériaux durables. Je suis vraiment ravi de voir le total engagement du conseil d’administration et de la famille Kristiansen sur l’intensification des efforts du groupe en matière de développement durable », se réjouit Jørgen Vig Knudstorp.
Lego compte d’ailleurs collaborer pour trouver des alternatives. Le partenariat « Climate Savers » entre le groupe Lego et le World Wildlife Fund (WWF) en est un bon exemple. Signé en 2013, il vise à mettre en œuvre une stratégie de développement de matériaux durables. Un nouveau projet de collaboration avec le WWF a été initié au printemps 2015, avec pour mission l’évaluation plus précise de la durabilité et de l’impact écologique global de nouveaux matériaux d’origine biologique pour la fabrication des briques et des emballages. Ce partenariat laisse entrevoir des initiatives dans le biosourcé, mais ce n’est a priori pas la seule piste. « Il n’y a pas de définition unique d’un matériau durable. Plusieurs facteurs entrent en ligne de mire pour le définir : sa composition, sa provenance, ce qu’on en fait lorsqu’il arrive en fin de vie. Tous ces facteurs doivent être pris en compte lorsque nous recherchons de nouveaux matériaux », explique Jørgen Vig Knudstorp.

Partager cet article avec :