Le Portugal évalue la caroube comme source de biocarburant

Partager cet article avec :
Caroube
Crédit Osvaldo Gago : La caroube est exploitée dans les pays méditerranéens.

L’université d’Algarve, située dans la ville de Faro dans le sud du Portugal, s’intéresse aussi aux biocarburants. L’organisme de veille concurrentielle et stratégique Adit révèle que des chercheurs du laboratoire d’Ingénierie et de Biotechnologie environnementale ont mis au point un procédé de valorisation de sucres, coproduits lors de la transformation des graines de caroube en farine, pour produire du bioéthanol et du CO2. Ce procédé repose sur une fermentation réalisée par la levure Saccharomyces Cerevisiae. Pour 1 g de pulpe de caroube mis en oeuvre dans un fermenteur, avec la levure Saccharomyces Cerevisiae, le rendement théorique exprimé est de 0,51g de bioéthanol. De plus, à titre d’exemple, la production de 50 litres de bioéthanol induit une production d’environ 15 litres de CO2. L’objectif que s’est fixé le laboratoire est de mettre au point un process de production viable, dans la perspective d’une production semi-industrielle.

La pulpe de caroube, riche en sucre

La pulpe de caroube s’est révélée être une matière première appropriée, en raison de sa richesse en sucre, premier substrat des levures pour la production du bioéthanol. De plus, cette matière première semble adaptée à une bioraffinerie, en raison de son taux de rendement compétitif et de sa productivité élevée, lors du processus de production de bioéthanol, estiment les chercheurs.
Le projet a été financé par le projet QREN/PO Algarve 21, l’université d’Algarve et les industries de transformation de caroube de l’Algarve. Le caroubier (Ceratonia siliqua) est en effet un arbre de la famille des légumineuses, cultivé essentiellement dans le bassin méditerranéen, notamment au Portugal dans la région de l’Algarve.

Partager cet article avec :