Le pôle IAR et Genopole signent un partenariat

Partager cet article avec :

A l’occasion des 24h de l’IAR, Pierre Tambourin, directeur général du biocluster Genopole, situé à Evry (Essonne) et Dominique Dutartre, président du pôle IAR, ont signé, jeudi 4 juillet à Beauvais, un accord de partenariat visant à exploiter et à développer les biotechnologies blanches pour :
– faciliter le transfert industriel de la recherche en biotechnologie,
– stimuler la bio-économie,
– permettre le retour d’emplois de recherche, de conception et de production sur les territoires,
– réduire la dépendance de la France à l’égard des pays producteurs de pétrole.

Exploiter la complémentarité de Genopole et de l’IAR

Avec ses laboratoires et bibliothèques de gènes, Genopole trouve un prolongement intéressant dans les unités à taille pilote voire industrielle du pôle de compétitivité IAR qui permettent de valider et développer les preuves de concept au-delà de l’enceinte des laboratoires. A l’inverse, les unités industrielles de l’agro-industrie, de la chimie verte pourront s’appuyer sur les expertises, la propriété intellectuelle développés dans les unités de recherche génopolitaines.

Parce que les biotechnologies blanches sont indispensables à la valorisation des agroressources, Genopole et IAR lient leurs activités afin de favoriser les échanges et mutualiser les outils permettant la constitution d’un cluster élargi couvrant les régions Champagne-Ardenne, Picardie et Ile-de-France.

Pierre Tambourin a déclaré : « Les compétences que représentent le pôle IAR via ses plates- formes de démonstration sont exceptionnelles (passage du stade laboratoire au stade industriel). Par ailleurs, notre expertise en biologie synthétique permettra de répondre à certaines problématiques que se posent les adhérents IAR »

Grâce à cet accord, industriels et scientifiques bénéficieront de l’expertise et du savoir-faire de Genopole sur la bioproduction industrielle et l’ingénierie métabolique couplé à ceux du pôle IAR sur la connaissance de la ressource végétale et sa valorisation.

Dominique Dutartre s’est félicité de ce partenariat : « Je suis convaincu que la fertilisation croisée qui résultera de nos échanges désormais structurés, permettra une accélération des processus d’innovation vers les marchés ».

Source IAR/Genopole

Partager cet article avec :