Le marché des bioplastiques reste tiré par l’emballage

Partager cet article avec :

european bioplasticsL’association European Bioplastics vient de réactualiser son étude annuelle sur le marché mondial des bioplastiques qu’elle réalise en collaboration avec l’institut des bioplastiques et des biocomposites de l’université Applied Sciences and Arts à Hannovre en Allemagne. Cette étude annonce une croissance des capacités de production de 1,4 million de tonnes en 2012 à 6,2 millions de tonnes en 2017. Actuellement, cela correspond à une mobilisation de 0,02% des terres cultivées.

« Notre mise à jour de données montre une fois de plus une croissance au dessus de la moyenne de l’industrie des bioplastiques dans le monde entier », a déclaré François de Bie, président de l’association European Bioplastics. « Une croissance continue est attendue pour tous types de matériaux bioplastiques et sur des segments de marché très divers, de l’emballage aux fibres, en passant par l’électronique grand public ».
De loin, la plus forte croissance est attendue dans le groupe des bioplastiques non biodégradables et biosourcés, en particulier le PE et le PET. Ces polymères dits «drop-in» ne diffèrent de leurs homologues d’origine fossile que parce qu’ils sont issus de matières premières d’origine renouvelable. Les plastiques biodégradables, qui entrent dans les cycles de biodéchets, montrent également des taux de croissance impressionnants. Leur capacité de production va gagner environ 60 pour cent d’ici à 2017.
Le marché de l’emballage restera le segment leader pour les applications des bioplastiques, avec toujours plus de solutions pour réduire la dépendance aux ressources fossiles, l’empreinte carbone de l’emballage, tout en offrant des possibilités de recyclage. Bien que l’emballage reste le segment de marché leader, d’autres segments montent en puissance, en particulier l’électronique grand public, l’automobile et le marché de la fibre .

Un marché centré sur l’Europe et l’Amérique du Nord
Les données actuelles montrent que l’Europe et l’Amérique du Nord restent les zones les plus intéressantes pour la recherche et le développement et pour la mise sur le marché de produits. En revanche, la mise en place de nouvelles capacités de production est favorisée en Amérique du Sud et en Asie. « Afin de rester compétitive dans la chaîne de valeur complète de bioplastiques, l’Europe doit franchir une étape supplémentaire. Nous demandons à la Commission européenne d’établir un champ de concurrence équitable pour les industries biologiques en Europe, avec un cadre politique clair pour les marchés prometteurs tels que les bioplastiques », a déclaré le dirigeant.

Partager cet article avec :