Le génome du colza enfin déchiffré

Partager cet article avec :

Le colza est une culture en forte expansion.
Le colza est une culture en forte expansion.
Un consortium international de plus de 30 instituts, mené par deux laboratoires de Genopole, l’Inra-URGV (Unité de Recherche en Génomique Végétale) et Genoscope-CEA, associant le CNRS et l’Université d’Evry-Val-d’Essonne, a publié dans la revue Science du 22 août la séquence de référence de la principale culture oléagineuse d’Europe.

Le colza est une grande culture en forte expansion. Produit essentiellement pour son huile, il joue un rôle nutritionnel important dans l’alimentation humaine, constitue un apport de protéines en alimentation animale (tourteaux de colza) et représente une source de biocarburant grâce aussi à son huile. C’est une plante d’origine récente, issue de l’hybridation post-néolithique de deux espèces, le chou et la navette, dont il possède les deux génomes.

Le décryptage du génome du colza représente une première mondiale : c’est la première fois qu’un génome polyploïde est séquencé dans son intégralité et comparé à celui de ses espèces parentales. Les chercheurs ont ainsi observé que la majorité des gènes du colza existent en deux copies, de séquences proches. « Contrairement à beaucoup d’autres végétaux, le colza a conservé presque tous les gènes de ses deux parents » révèle Boulos Chalhoub, responsable de l’équipe Organisation et Evolution des génomes des Plantes au sein de l’URGV, et coordinateur du projet. « La fonction principale est régie par une copie, tandis que la seconde peut muter pour l’apparition de nouvelles fonctions » explique le chercheur.

Le génome du colza révèle aussi des duplications récurrentes de son génome subies au cours de l’évolution, qui se traduisent par l’accumulation d’un nombre de gènes parmi les plus élevés de tous les organismes séquencés : les chercheurs ont identifié 101 000 gènes chez le colza, quatre fois plus que les 20 à 25 000 que compte celui de l’Homme.

Cette richesse génétique confère au colza une haute faculté d’évolution, d’adaptation à l’environnement et d’amélioration agronomique. Il constitue pour les sélectionneurs une culture à fort potentiel d’amélioration génétique classique. « Grâce à la connaissance aujourd’hui de son génome et à l’identification de gènes d’intérêt agronomique qui suivra, ce potentiel pourra plus rapidement et efficacement être exploité afin d’améliorer le rendement, la composition de l’huile, la résistance aux maladies pour limiter les traitements, l’efficacité d’utilisation de l’azote du sol pour limiter les engrais… » prédit Boulos Chalhoub. D’un point de vue fondamental, c’est aussi l’opportunité de comprendre l’origine et l’évolution des cultures polyploïdes.
Source Genopole

Partager cet article avec :