Le DOE alloue 10 M$ aux biocarburants et bioproduits

Partager cet article avec :

Les Etats-Unis ont beau crouler sous les gaz et huiles de schiste, l’administration Obama ne néglige pas les autres sources d’énergie ou de matière première, dont le renouvelable. Ainsi, le département américain de l’énergie (DOE) vient d’annoncer qu’il allouerait plus de 10 millions de dollars à cinq projets visant à développer de nouvelles technologies pour convertir la biomasse en biocarburants avancés et bioproduits. Deux projets portent sur la déconstruction de la biomasse lignocellulosique. Les trois autres sur de nouvelles techniques de conversion de la biomasse en biocarburants avancés et bioproduits. Ils font appel à des techniques innovantes de biologie de synthèse ou de synthèse chimique. Les aides promises permettront de renforcer des travaux menés par des équipes collaboratives, incluant des universités, des laboratoires nationaux et le secteur privé, au stade de la recherche, du développement et de la démonstration. Les lauréats sont les suivants :
– J. Craig Venter Institute percevra jusqu’à 1,2 M$ (Rockville, Maryland) : Ce projet vise à développer de nouvelles technologies pour produire des enzymes plus efficaces dans la déconstruction de la biomasse. Ce travail sera effectué en collaboration avec Synthetic Genomics (La Jolla, Californie) ;
– Novozymes recevra jusqu’à 2,5 M$ (Davis, Californie) : Grâce à un travail partenarial, Novozymes va étendre ses capacités pour trouver de nouvelles sources d’enzymes ciblées pour la déconstruction de la biomasse ;
– Pacific Northwest National Laboratory recevra jusqu’à 2,4 M$ (Richland, Washington) : Son but est d’accroître la production de carburant dans les champignons qui poussent sur les hydrolysats lignocellulosiques. Le Pacific Northwest National Laboratory travaillera en partenariat avec les universités et l’industrie, y compris l’Université du Kansas ;
– Texas AgriLife Research percevra jusqu’à 2,4 M$ (College Station, Texas) : Ce projet vise à transformer de la lignine en précurseurs de biocarburants. L’équipe comprend des chercheurs de Georgia Institute of Technology, University of British Columbia, Washington State University et Texas A & M University ;
– Lygos percevra jusqu’à 1,8 M$ (Berkeley, Californie) : L’objectif est de développer des méthodes efficaces et peu coûteuses et des outils pour convertir la biomasse en produits chimiques courants et de spécialité. Ce travail sera effectué en collaboration avec les San Francisco TeselaGen Biotech.

Partager cet article avec :