Le début d’exercice de Deinove impacté par les dépenses

Partager cet article avec :

La société spécialisée dans les technologies basées sur l’exploitation des bactéries Déinocoques a publié le bilan de son 1er semestre de l’exercice 2014. Au 30 juin 2014, Deinove affiche une chute du résultat net de 3,92 millions d’euros, alors que cette perte ne s’élevait qu’à 1,29 M€ à la même période l’année précédente. La société de cleantech justifie ce bilan par son « changement de dimension », passant d’une jeune société en pépinière à une entreprise en phase d’industrialisation de ses procédés. Deinove a ainsi investi pour étoffer et structurer son effectif ainsi que se doter de laboratoires en propre. De plus, le résultat net en baisse est imputable aux coûts exceptionnels liés au projet d’augmentation de capital annulé en juillet dernier. Quant aux dépenses d’exploitation, elles ont augmenté de 44 % sous l’influence des programmes de recherche Deinochem et Deinol. Enfin la trésorerie nette s’élève à +2,8 M€, ce qui lui permettrait « de financer ses activités jusqu’à mi-2015 ».

Des avancées significatives en R&D

Deinove a connu des succès importants pour son activité au cours du premier semestre. Il a notamment lancé en juin dernier une plateforme d’ingénierie génétique en collaboration avec l’éditeur de logiciels CAD4Bio. La société de cleantech est également parvenue à la production de trois molécules d’intérêt industriel issues de la voie des isoprénoïdes via des projets communs avec l’Inra et Génoplante-Valor. Deinove a réussi à optimiser des souches de déinocoques pour la production d’éthanol à 9% à partir de glucose. Au niveau industriel, la société a signé en juin deux partenariats industriels, avec Abengoa pour la production de biocarburant et Suez-Environnement pour la valorisation de déchets urbains organiques en éthanol. « Nous avons réalisé pendant ce semestre des avancées significatives, tant sur le plan de la technologie que par la signature d’accords structurants avec des partenaires industriels d’envergure. Nous allons bénéficier de l’expertise de nos partenaires pour accélérer la mise en œuvre de nos procédés à base de Déinocoques, qui sont à la fois efficaces, rentables et respectueux de l’environnement », résume Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove.

Partager cet article avec :