Le Club Bio-plastiques salue la transition vers des sacs compostables et biosourcés

Partager cet article avec :
Christophe Doukhi-de Boissoudy, président du Club Bio-plastiques.
Christophe Doukhi-de Boissoudy, président du Club Bio-plastiques.

Le Club Bio-plastiques, qui regroupe l’ensemble des acteurs de la filière française du plastique biodégradable d’origine végétale dont les deux plus grands fabricants de sacs plastiques en France (Barbier et Sphere), tient à manifester sa satisfaction quant à la sortie du projet de décret de loi de Transition énergétique et l’annonce de l’application de la loi au 1er juillet 2016.

La publication officielle est annoncée pour mars 2016 et le Club Bio-plastiques attire à nouveau l’attention sur l’extrême importance d’une publication officielle du décret final au plus tard fin mars 2016 pour permettre la mise en place des investissements nécessaires à une bonne transition vers des sacs compostables et biosourcés dès le 1er janvier 2017. Ceci en remplacement de sacs plastiques fins non biodégradables accusés de « nuisances environnementales par leur persistance dans l’environnement et importés à plus de 90 % ». De ce fait ils ne contribuent pas à la création d’emploi.

Les conséquences de la loi

 La mise en œuvre de la loi aura pour conséquence :

  • À partir du 1er juillet 2016, l’interdiction de la distribution gratuite ou payante des sacs plastiques de caisse à usage unique de moins de 50 microns. Seuls seront donc autorisés les sacs de caisse en autre matériau (papier, tissus…) et les sacs plastiques dont l’épaisseur est supérieure à 50 microns, sans critère de volume.
  • À partir du 1er janvier 2017, l’interdiction des sacs en matière plastique à usage unique destinés à l’emballage des marchandises aux points de ventes autres que les caisses. Dans ce cas, seuls les sacs plastiques compostables en compostage domestique et biosourcés seront autorisés, comme pour l’emballage des fruits et légumes. Mais ils ne seront toujours pas autorisés pour une mise à disposition en caisse.

« Certes, les objectifs de développement attendus par la Filière seront d’une envergure moindre que ceux envisagés, néanmoins les acteurs de la Filière se félicitent de l’avancée considérable prise par la France sur ce sujet. Avec cette loi, la France s’inscrit parmi les premiers pays européens à limiter l’usage de sacs plastiques fins et à favoriser le développement d’une filière économique contribuant à la croissance verte dans un modèle d’économie circulaire » commente le Club Bio-Plastiques.

Partager cet article avec :