Le Club des Bio-économistes recrute

Partager cet article avec :

Rejoignez le club des Bio-économistes.  Face aux défis que notre planète et nos sociétés vont devoir relever – démographie, climat, économie, alimentation, énergie et écologie -, le retour au carbone vert apparaît comme une option crédible. Pour promouvoir les acquis et les atouts de cette bio-économie renaissante, et d’en favoriser le développement malgré les multiples freins et obstacles rencontrés, plusieurs experts et professionnels ont décidé de créer au début de l’année 2012 le « Club des Bio-économistes ». Aujourd’hui, ils lancent un appel pour intégrer de nouveaux membres.

Parmi ses premières actions, le club a inspiré le colloque « L’économie verte au service de la croissance », organisé le 12 décembre dernier par le CGAAER (Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux) à Bercy où les principaux enjeux et ressorts de la bio-économie ont été analysés et débattus devant près de 400 responsables par des intervenants de haut niveau. « Des bio-filières renouvelables et sobres, qui ont 20 à 30 ans seulement réalisent (hors filière bois et agro-alimentaire) déjà près de 14 Mds €/an de chiffre d’affaires en France, avec environ 100 000 emplois et une contribution de plus de 5 % à l’approvisionnement des marchés nationaux des matériaux, de l’énergie et de la chimie. Un doublement de ces performances est prévu pour 2020/2025 ! » estime Claude Roy, président du Club des Bio-économistes et membre du CGAAER.

Un ouvrage, « Les triples A de la bio-économie »

Dès 2013, le Club des Bio-économistes se prépare à pousser plus loin son action, avec le support de ses adhérents et fondateurs, en utilisant de nombreux réseaux et en développant des initiatives multiples en termes d’information, d’éditions, de conférences, et de contacts auprès des professions et des élus, des enseignants, mais aussi auprès des médias.

A noter que le club a publié fin 2012 aux éditions L’Harmattan, un ouvrage fondateur intitulé « Les triples A de la bio-économie ».

 

Partager cet article avec :