Le CEA identifie des enzymes pour fermenter la biomasse végétale

Partager cet article avec :

Une équipe de chercheurs de l’Institut de génomique du CEA, en collaboration avec le CNRS et l’Université d’Evry (Essonne) ont caractérisé de nouvelles enzymes pour décomposer et fermenter une grande diversité de polysaccharides. Les scientifiques ont étudié le génome d’une bactérie dénommée Clostridium phytofermentans connue pour fermenter les débris végétaux en éthanol et en hydrogène en milieu forestier. L’analyse du patrimoine génétique du micro-organisme a été réalisée selon une approche combinant criblage enzymatique, séquençage d’ARN et mesures de croissance. Elle a révélé qu’il possédait 171 enzymes différentes pour modifier et décomposer les polysaccharides végétaux parmi lesquels la cellulose, les xylanes, les mannanes, les arabinanes et les galactanes. L’équipe a sélectionné les 56 enzymes les plus exprimées pour les purifier, et le rôle exact de 32 d’entre elles a été caractérisé. A partir de cette diversité d’enzymes, les scientifiques ont concocté plusieurs cocktails enzymatiques pour optimiser la dégradation de la biomasse. Ces mélanges favoriseront l’ingénierie et la modification des micro-organismes en vue d’une production industrielle de biocarburants et de bioproduits à partir de biomasse végétale.

Référence : PLOS Genetics – Functional Diversity of Carbohydrate-Active Enzymes Enabling a Bacterium to Ferment Plant Biomass- Magali Boutard, Tristan Cerisy, Pierre-Yves Nogue, Adriana Alberti, Jean Weissenbach, Marcel Salanoubat, Andrew C. Tolonen – Published : November 13, 2014 -
DOI: 10.1371/journal.pgen.1004773

Partager cet article avec :