Le Canada pense aux algues pour améliorer son bilan carbone

Partager cet article avec :
Algue
Exemple de réacteur capable de transformer le dioxyde de carbone en biomasse algale.

Le gouvernement du Canada souhaite utiliser les algues pour transformer les émissions de dioxyde de carbone, provenant des installations d’exploitation de sables bitumineux, en produits commerciaux, notamment des biocarburants. Un projet de trois ans vient d’être lancé entre le Conseil national de recherches du Canada (CNRC), Canadian Natural Resources Limited (Canadian Natural) et Pond Biofuels qui apportera la technologie de conversion du CO2. Il débouchera sur la construction d’un pilote de conversion du carbone de 19 millions de dollars en Alberta et plus précisément sur le site d’exploitation des sables bitumineux Primrose South de Canadian Natural au nord-est de Bonnyville (Alberta). La dioxyde de carbone recyclé assurera donc la croissance d’une biomasse algale qui sera ensuite transformée en d’autres produits, notamment en biocarburants, en aliments pour animaux et en en fertilisants.

Vers une exploitation plus écologique des sables bitumineux

« Cette découverte pourrait avoir des retombées énormes pour l’environnement et notre économie, et pourrait renforcer le rôle de chef de file du Canada dans la gestion des émissions de CO2 », a déclaré Gary Goodyear, ministre d’État chargé des Sciences et de la Technologie. « Il s’agit d’un grand jour pour le Canada si l’on pense à ce que les résultats de ce projet pourraient signifier pour l’avenir des sables bitumineux et les entreprises canadiennes. »

Le but ultime du projet consiste à tester à grande échelle la viabilité et la faisabilité de la technologie. Si le succès est au rendez-vous, l’installation pourrait ensuite servir de modèle pour le recyclage des émissions industrielles provenant des sables bitumineux et d’autres secteurs d’activité industrielle au Canada et ailleurs dans le monde.

Partager cet article avec :