Le Bois Santé, pour valoriser les molécules de la forêt vosgienne

Partager cet article avec :

Le projet Le Bois Santé, porté par la société Harmonic Pharma, vise à développer l’utilisation de molécules issues de substances extractibles du bois, pour les marchés pharmaceutiques et nutritionnels en santé humaine et vétérinaire. D’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,2 millions d’euros, ce projet bénéficie d’une subvention de 1,3 million d’euros apportée conjointement par le Fonds Unique Interministériel (FUI), le Conseil Régional de Lorraine et le Conseil Général des Vosges (CG88), avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). S’y ajoute l’accompagnement du Pôle de Compétitivité Fibres, en partenariat avec la société Norske Skog Golbey (NSG), la société de conseil PolyBridge, le CNRS, l’Université de Lorraine (UL) et de l’INRIA au travers de trois laboratoires : le LERMAB – Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Matériau Bois, le LRGP – Laboratoire Réactions et Génie des Procédés et le LORIA – Laboratoire Lorrain de Recherche en Informatique et ses Applications.

Le bois, source de matière première

Le bois n’est pas seulement un matériau, c’est aussi une source de matières premières d’origine naturelle, permettant de produire des principes actifs thérapeutiques à haute valeur ajoutée. Sous l’impulsion du Pôle de Compétitivité Fibres, une étude préliminaire initiée en novembre 2010 a permis de fédérer des acteurs de la région des Vosges sur la thématique de la valorisation des substances extractibles du bois.
« En étudiant les co-produits du bois issus des forêts vosgiennes aujourd’hui valorisés uniquement en tant que combustible, nous avons identifié plusieurs familles de molécules pouvant répondre à des besoins thérapeutiques. Nous ciblons plusieurs pathologies dans le cadre de LBS, notamment les maladies pulmonaires chroniques », a indiqué le Dr. Arnaud Sinan Karaboga, directeur scientifique d’Harmonic Pharma.

Harmonic Pharma est une jeune entreprise innovante créée en 2009. Son activité consiste à identifier de nouveaux usages aux principes actifs d’intérêt thérapeutique, par une approche dite de repositionnement moléculaire. Elle a développé, en collaboration avec des partenaires, un portefeuille d’une vingtaine de molécules réparties dans plusieurs champs thérapeutiques, dont l’oncologie, les maladies neurodégénératives, les complications du diabète, les maladies infectieuses et les maladies pulmonaires chroniques.

Partager cet article avec :