Le bois construction ouvre des perspectives aux revêtements

Partager cet article avec :

Si l’usage de peintures biosourcées fait parfois grincer des dents certains professionnels du secteur des revêtements, la protection de matériaux biosourcés ne devrait pas rencontrer tant de détracteurs. En tout cas, l’Union Européenne vient de consentir une aide de 2,7 millions d’euros (sur un coût total de 3,8 M€) aux industries des revêtements et du bois pour le projet de recherche Servowood, dans le cadre du 7e programme-cadre. « Un véritable exploit » selon la CEPE (fédération européenne des revêtements) qui explique que seulement un projet sur vingt est accepté !

Réunissant un consortium de 15 partenaires de l’industrie des revêtements, de la menuiserie et de la recherche, le programme s’échelonnera sur trois ans. Il a pour objectif de développer et d’établir des normes européennes qui faciliteront la prédiction de durée de vie des revêtements extérieurs pour bois.

Pas de développement de bois construction sans revêtements performants

Dans le détail, le projet permettra d’exposer une large gamme d’éprouvettes de bois au vieillissement naturel et à une gamme de tests accélérés, dont certains seront nouveaux, pour déterminer les tests qui prédisent le mieux la dégradation naturelle. Les résultats devraient permettre le développement d’une norme européenne améliorée pour tous ceux qui sont impliqués dans la construction en bois. Le projet devrait également contribuer à accroître la confiance des clients, jusqu’ici réticents à utiliser des éléments de construction en bois, en raison des efforts de maintenance considérés comme élevés.

En France, ce programme vient à point alors que le bois construction redevient un sujet d’intérêt. Outre ses qualités techniques intrinsèques, il est aussi un excellent « puits de carbone », c’est à dire qu’il est capable de stocker du CO2 du fait du mécanisme de photosynthèse. C’est donc un produit qu’il ne faut pas hésiter à utiliser en construction pour diminuer nos émissions de gaz à effet de serre. Dans ce domaine, notre pays est un retard. Cependant l’un des 34 plans industriels, baptisé « Industries du bois », vise à encourager la France à recourir au bois dans les immeubles de grande hauteur. Aujourd’hui on ne dépasse pas les 8 niveaux tandis qu’aux Etats-Unis et Canada émergent des projets à 30 niveaux.

Bref, de belles perspectives se dessinent pour le bois construction et dans la foulée pour l’industrie des revêtements qui contribuera à sa préservation.

Coordinateur : CEPE
– Danmarks Farve og Limindustri
– Federation of the European Building and Joinery Associations FEMIB
– Cluster Construcción Sostenible
– British Coatings Federation
– The British Woodworking Federation
– George Barnsdale & Sons Ltd
– Drywood Coatings B.V
– Pausch Messtechnik GmbH
– Overfladeteknik Maleteknisk Rådgivning ApS
– Institut Technologique FCBA
– Holzforschung Austria
– PRA
– CATAS S.p.A
– Swiss Federal Laboratories for Materials Science and Technology – EMPA

Partager cet article avec :