La Vallée de la chimie engagée dans les énergies renouvelables

Partager cet article avec :
La Vallée de la chimie s'étend à l'entrée Sud de Lyon.
La Vallée de la chimie s’étend à l’entrée Sud de Lyon.

Du 11 au 13 avril, la ville de Lyon a accueilli la 12e édition du Cleantech Forum Europe, un événement d’envergure internationale orienté business. Cette manifestation a été l’occasion pour la Vallée de la chimie de rappeler son engagement en faveur des cleantechs. Organisée en campus industriel à travers le rapprochement d’une dizaine de grands donneurs d’ordres, le GrandLyon, ainsi que d’autres partenaires territoriaux, la Vallée de la chimie a en effet lancé, en septembre 2014, l’ « Appel des 30 ». Il s’agit d’un vaste projet de développement de nouvelles activités dans le domaine de la chimie, de l’énergie et de l’environnement sur 30 hectares de fonciers publics et privés situés sur les communes de Saint-Fons et de Feyzin. Déjà des projets ont commencé à se concrétiser comme l’installation du pilote Gaya à Saint-Fons. Avec Engie pour chef de file, ce programme de 53 millions d’euros d’investissement, dont 19 M€ apportés par l’Ademe, vise à convertir de la biomasse sèche en biométhane 2G pour des applications dans le transport ou une réinjection dans le réseau de gaz de ville. La construction touche à sa fin et l’inauguration du pilote est annoncée pour la rentrée.

Des installations déjà en fonctionnement

A ce projet, qui vise à introduire une nouvelle source de méthane renouvelable à l’horizon 2020, s’ajoutent des installations de production d’énergie renouvelable déjà en fonctionnement : l’usine hydroélectrique de la CNR à Pierre-Bénite, l’unité de traitement et valorisation énergétique de la métropole de Lyon sur le Port Edouard Herriot et la centrale photovoltaïque de Belle-Etoile. Au bilan, la Vallée de la chimie estime être responsable de 49% de la production d’énergies renouvelables de la métropole.

Partager cet article avec :