La société Amyris soutenue par le Portugal

Partager cet article avec :
John Melo est le CEO d’Amyris.

Amyris, société américaine de biologie industrielle, a signé un accord de consortium important avec le Campus de Porto de l’Universidade Católica Portuguesa (UCP) et AICEP Portugal Global (AICEP). UCP est une université intégrant la principale école de biotechnologie du Portugal, dotée de 15 centres de recherche. AICEP est une entité publique indépendante, dont l’objectif est d’inciter les entreprises étrangères à investir au Portugal. Le montant global de ce projet pluriannuel est évalué à environ 50 millions de dollars, incluant la participation de fonds d’investissements. Pour le Portugal, il s’agit néanmoins de la plus importante subvention en biotechnologie jamais décernée dans le pays.
Par ailleurs, cet accord nous éclaire sur une annonce faite par Amyris le 17 janvier 2018. A cette époque, la société avait évoqué des subventions perçues en Europe sans donner plus de précision. Il était juste mentionné que la société recevrait 25 millions de dollars du NIH (National Institutes of Health) américain et d’un pays mystère.

Faire progresser la plate-forme technologique d’Amyris

Les objectifs du projet visent notamment à faire progresser la plate-forme technologique d’Amyris dans les directions suivantes :

  • Utilisation de déchets de fermentation pour développer de nouveaux produits et valorisation de ces coproduits pour réduire considérablement les coûts de production et créer une durabilité supplémentaire dans le processus de production.
  • Travail sur l’intelligence artificielle (IA) au niveau de la plate-forme informatique d’Amyris. Cela inclut la fourniture d’une interface basée sur le cloud permettant aux universités et aux entreprises d’utiliser la plate-forme pour concevoir des gènes pour le développement de molécules. Amyris se réservant l’évaluation et le développement de molécules cibles pour les porter au niveau commercial.

Dans un communiqué, John Melo, président d’Amyris s’est félicité du soutien du gouvernement portugais et de l’Union européenne dans son partenariat avec UCP. Il considère qu’il va permettre d’attirer les plus grands scientifiques d’Europe au Portugal et créer davantage d’opportunités de valorisation de déchets pour le plus grand bien de la planète.

Partager cet article avec :