La « nouvelle » bio-économie française est en marche

Partager cet article avec :

Rejoignez-le-club-des-Bio-économistes. Outre les « piliers » traditionnels de la bio-économie que sont l’agro-alimentaire et la filière bois  (600 000 emplois au total), les « nouvelles » filières de la bio-économie, nées il y a 20/30 ans, pèsent déjà, en France : 14 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel et 70 000 emplois…

Cette nouvelle bio-économie rassemble quatre grands domaines : les néo-matériaux (bois matériau et panneaux, fibres, papiers-carton et composites fibreux), la chimie biosourcée (xylochimie, amidonnerie, sucrochimie, oléochimie, biofertilisants), les biocarburants (bioéthanol, biodiesel) et les biocombustibles (biogaz, méthanisation, bois-paille énergie).

Les feuilles de route qui sont d’ores et déjà « sur la table » prévoient le doublement de ces performances à l’horizon 2020-2025 (Paquet énergie-climat), et leur quadruplement approximatif à l’horizon 2050 (facteur 4).

La France est ainsi déjà entrée  dans une véritable logique « d’économie verte », productive, innovante et durable (c’est la bio-économie), où elle prend place parmi les 5 pays les plus « biodynamiques » au Monde… (Etats-Unis, Brésil, Chine, Allemagne, France). Dans cette perspective à l’horizon 2025, on pourrait envisager la création d’environ 50 à 100 0000 emplois supplémentaires nouveaux, selon une récente étude de l’Ademe.

Comprendre les enjeux de la bio-économie

Pour comprendre les enjeux de la bio-économie, le CLUB des Bio-économistes, créé début 2013, invite de nouveaux membres à rejoindre ses rangs. Pour appréhender ce domaine, un ouvrage collectif, “Les Triple A de la bio-économie”, lui a été consacré. La rédaction de ce livre a été placée sous la direction de Claude Roy, membre du CGAAER, ancien coordonnateur interministériel pour la valorisation de la biomasse et ancien directeur exécutif de l’Ademe et président du CLUB des Bio-économistes. La préface a été confiée à Jacques Brulhet, vice-président honoraire du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux.

Partager cet article avec :