La bioéconomie industrielle : une affaire de niches ?

Partager cet article avec :

Compte rendu de la conférence Bio Based Materials, Cologne, 9-11 mai 2017, par Pierre-Alain Schieb, président du cabinet de prospective stratégique BACKCASTING SAS,
Consultant auprès de l’OCDE, schiebpa@yahoo.fr.

La neuvième conférence Bio-Based Materials organisée par Nova Institut s’est tenue à Cologne du 9 au 11 mai 2017. Elle a réuni environ 200 représentants de l’industrie et de la recherche appliquée dans le domaine de la biochimie. La grande majorité des participants viennent d’Allemagne avec quelques représentants des Pays Bas, de la Belgique, des pays scandinaves, un représentant du Canada, de la France, de l’Italie.

La domination des produits pétrosourcés se confirme

Un enseignement majeur de cette conférence c’est que la domination des produits pétrosourcés dans les molécules plateformes les plus utilisées est en train de reprendre de plus belle. Selon la dernière étude de Nova-Institut (Bio-based Building Blocks and Polymers, Global Capacities and Trends 2016-2021, Nova Institute, February 2017), le taux de croissance de la part des polymères bio-sourcés qui augmentaient de 10 % par an entre 2012 et 2014, est descendu à 4% ensuite et est attendu à ce niveau au moins jusqu’à 2021. Ce taux de croissance se maintient à ce niveau de 4% en moyenne car certaines molécules d’intérêts (PHA, PET, PTT, PUR) atteignent 12-15 % pendant que d’autres sont à 0 ou 1% de croissance. Ce taux projeté de 4% est aussi celui du marché global des polymères, donc la part de marché du biosourcé stagnerait à… 2%.

Coca Cola au ralenti

Selon Mme Philippa Davies (Tecnon Orbichem) ce phénomène est soutenue par une baisse des prix et l’existence de surcapacités dans de nombreux autres domaines, à tel point que des bioraffineries sont arrêtées ou mises en veilleuse pour de nombreuses molécules telles que l’acide adipique ou acrylique, les glycols, le butadiène, les butanols, 1,3 butanediol. Même Coca Cola aurait stoppé ses ambitions dans le domaine des emballages plastiques biosourcés, une très mauvaise nouvelle. La situation est moins négative pour d’autres molécules et du fait de nouveaux entrants (Biokim, Avantium, S2G Biochem, Biochem USA). Pratiquement seul l’acide succinique biosourcé de BioAmber est capable de se comparer en prix avec les produits pétrosourcés. Cependant quelques initiatives réglementaires (Italie, France) pour encourager les emballages biodégradables montrent que la puissance publique peut intervenir plus fermement.

Plus réponses sur le Forum BioRESP

L’espoir de voir les produits biosourcés remplacer au moins partiellement les produits d’origine fossile serait-il en train de s’estomper, au moins à court terme ? Cette question sera discutée lors de la première réunion du Forum BioRESP qui se tiendra à Paris le jeudi 1 juin 2017 après midi. Le Forum BioRESP est une plateforme de dialogue entre parties prenantes sur les enjeux et dilemmes de la bioéconomie. Pour pouvoir participer, il faut s’inscrire sur le site bioresp.eu.

 

 

Partager cet article avec :