Jade lance ses désherbants 100 % biosourcés

Partager cet article avec :

La start-up bordelaise spécialisée dans la protection des plantes a obtenu les Autorisation de mise sur le marché (AMM) pour ses produits de biocontrôle Beloukha et Katoun. « C’est la première fois qu’une solution 100 % naturelle à effet désherbant obtient une AMM » se félicite Alain Chemin, président fondateur de Jade. Il aura fallu en tout six ans d’expérimentation, et deux années de parcours administratif pour que ces deux produits puissent parvenir sur le marché. Ces désherbants sont formulés à 100 % à partir de composés naturels : de l’acide pélargonique issu de colza et de co-formulants provenant de betterave. Le principe de ces produits est simple: après pulvérisation, la solution entre en contact avec la cuticule hydrophobe des feuilles de la plante, ce qui a pour effet de la détruire en quelques heures (action choc). En l’absence de cette cuticule, les parties aériennes de la plante se dessèchent complètement en une vingtaine de jours. Le Beloukha, pour lequel la société a été nominée lors de l’édition 2015 du Prix de l’Agrobiobase, est destiné aux applications de biocontrôle dans le domaine agricole (culture de vigne, de pomme de terre). Quant à Katoun, il s’adresse au biocontrôle des espaces verts et des jardins au sein des collectivités territoriales.

Des homologations à venir

Les deux produits, d’ores et déjà disponibles en France, sont en cours d’homologation sur le marché européen. « Si tout se déroule comme prévu, notre société disposera de 86 usages homologués pour ses deux produits à l’horizon 2018 », indique Caroline Nguyen, responsable Développement et homologation produits de Jade. En matière de R&D, la PME bordelaise dispose également d’axes de travail pour améliorer les formulations actuelles. « Nous souhaitons mettre au point une nouvelle formulation du Katoun qui serait moins concentrée, afin qu’il soit moins irritant. Nous travaillons également pour réduire la dose active des produits afin d’en diminuer le coût à l’achat », développe Caroline Nguyen. « Nous souhaitons repenser notre stratégie d’approvisionnement afin d’améliorer l’accessibilité de nos produits. Actuellement, notre production s’effectue en Chine à partir d’acide oléique de colza. Nous prévoyons de nous doter de capacités de production en France en 2016, avec un autre type de sourcing », complète Alain Chemin.

Partager cet article avec :