Isoprénoïdes : Deinove franchit une étape clé de son programme Deinochem

Partager cet article avec :

La société de biotechnologie industrielle Deinove a annoncé un paiement de 1,5 million d’euros de la part de l’Ademe pour la validation de la deuxième étape de son programme Deinochem. Démarré en 2013, ce projet de R&D vise à mettre au point des procédés de production de composés biosourcés d’intérêt industriel à partir de bactéries Déinocoques. « Le programme Deinochem avance conformément à nos prévisions et en phase avec les attentes de l’Ademe mais aussi avec celles des industriels », commente Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove. Le franchissement de cette nouvelle étape du projet était conditionné par l’atteinte de livrables après avoir d’abord optimisé la construction de souches de Déinocoques modifiées en 2015.

Trois avancées majeures

La deuxième étape de Deinochem a notamment permis des avancées significatives dans l’identification d’un répertoire complet de « déinobriques », gènes d’intérêt pouvant être utilisés pour optimiser les souches bactériennes. En outre, la société de biotechnologie industrielle est parvenue à multiplier par 10 les capacités fermentaires à l’aide de nouveaux équipements et d’un logiciel de traitement de données permettant de tester 32 conditions de fermentation en parallèle. Enfin, Deinove a réussi à atteindre des rendements de production par ses déinocoques jusqu’à 5 fois plus importants que ceux d’une souche sauvage, permettant d’entrevoir une viabilité commerciale. « Les outils que nous avons mis en place dans le cadre de ce programme (Deinochem) nous ouvrent clairement des possibilités très prometteuses dans de nouveaux domaines de la chimie de spécialité à forte valeur ajoutée », indique Emmanuel Petiot. Les équipes de Deinove travaillent notamment sur la production de souches bactériennes hyperproductrices de caroténoïdes par voie fermentaire. Selon le groupe, une production commerciale de ce composé par des déinocoques pourrait le jour d’ici à 2018.

D’autres axes de R&D en cours

Outre la voie des isoprénoïdes, Deinove travaille sur la production d’autres composés. Par exemple, il a déclaré en septembre 2015 être parvenu à produire de l’acide muconique de deuxième génération. Les dérivés de cet intermédiaire (caprolactame, acide adipique et acide téréphtalique) sont utilisables notamment par l’industrie du plastique. Ce développement a permis au groupe de remporter le concours mondial de l’innovation en mai 2016. En outre, la société a engagé son programme Deinol, qui vise à isoler des souches de déinocoques pour la production de bioéthanol. En juillet 2015, Deinove avait franchi l’avant-dernière étape du projet, lui permettant de toucher 1,2 M€ provenant de Bpifrance.

 

Partager cet article avec :