Isolation : une mousse rigide issue de ressources naturelles renouvelables

Partager cet article avec :

Le projet MOTALI « MOusses TAnins LIgnine », porté par un chercheur de l’équipe de Physique et Chimie des Polymères (EPCP) de l’IPREM, propose de nouveaux matériaux poreux biosourcés. Ces matériaux sont obtenus à partir de tanins d’arbres (mimosa, chêne, châtaignier) et de lignine, principal sous-produit de l’industrie papetière. Bien connus pour le traitement du cuir, les tanins sont des extractibles chimiquement proches des molécules phénoliques (molécules synthétiques onéreuses, non renouvelables et toxiques, mais d’importance majeure en chimie). Ecologiques, chimiquement actifs et bon marché, puisqu’ils sont le plus souvent extraits d’écorces par de l’eau chaude, les tanins se révèlent des substituts intéressants aux produits homologues issus du pétrole. La lignine, elle, est utilisée sous forme de liqueur noire. La combinaison avec les tanins permet la formation d’un réseau tridimensionnel à longues chaînes qui assure la bonne tenue mécanique de la mousse obtenue. Disponible actuellement en très grande quantité et principalement utilisée comme combustible liquide pour fournir de l’énergie aux papeteries, la liqueur noire présente un fort potentiel de valorisation.

Ces nouveaux matériaux alvéolaires ont l’avantage d’être écologiques, à 95% biosourcés, non toxiques et de disposer de propriétés remarquables : résistance mécanique, infusibilité et conductivité thermique exceptionnellement basse.

Un co-développement régional

S’affichant comme un concurrent sérieux des isolants thermiques actuellement utilisés, les mousses biosourcées nécessitent encore un développement technologique pour être optimisées. L’objectif du programme de maturation financé par Aquitaine Science Transfert est de développer une mousse rigide performante (formulation, procédés) transposable à l’échelle préindustrielle. Ce projet, en collaboration avec le Conseil Général des Landes, s’inscrit dans un contexte environnemental fort. L’engagement d’un industriel du bâtiment d’envergure mondiale dans le co-développement du produit offre également une garantie supplémentaire pour un transfert de technologie réussi.

Source Aquitaine Science Transfert (SATT Aquitaine)

Partager cet article avec :