Isobutène : Global Bioenergies se tourne vers la deuxième génération

Partager cet article avec :
Global Bioenergies Pilote labo
Pilote de laboratoire installé à Evry.

En dépit de la baisse du prix du pétrole, la société de biotechnologie industrielle Global Bioenergies persiste et signe. Elle poursuit ses développements dans la production d’isobutène biosourcé dans la perspective de produire des carburants, tels que l’essence et le kérosène, qui sont des produits à grands volumes mais faible valeur ajoutée. Mais pour rendre viable son projet, la société cherche désormais à abaisser ses coûts de production en utilisant notamment des sucres de deuxième génération moins coûteux, au lieu de travailler sur la fermentation de glucose issu de blé.

Pour cela, Global Bioenergies vient de mettre en place des collaborations avec neuf spécialistes de la fabrication de sucres fermentescibles à partir de ressources telles que la paille de blé, les tiges de maïs, la bagasse de canne à sucre ou encore les copeaux de bois. Ces spécialistes étant installés sur trois continents.

« De nombreuses sociétés travaillent à développer des technologies d’extraction des sucres fermentescibles emprisonnés dans les déchets végétaux. Certaines de ces technologies ont aujourd’hui atteint la maturité industrielle : cinq usines ont débuté leur production au cours des 24 derniers mois. Cette activité a, in fine, le potentiel d’alimenter les procédés de fermentation en sucres à bas coûts dérivés de ressources abondantes » précise la société.

Une utilisation de sucre brut

Global Bioenergies ajoute que l’utilisation de solutions de sucre brut est en général difficile, dans les procédés de fermentation classiques menant à un composé liquide, car l’accumulation des impuretés dans le milieu de culture complexifie les opérations de purification du produit. En revanche, des tests préliminaires avec les souches de la société et son procédé en phase gazeuse ont permis de contourner ces difficultés et de produire avec succès de l’isobutène de seconde génération à l’échelle du laboratoire. La société annonce même que le procédé a fonctionné avec des performances comparables à celles observées en utilisant du glucose dérivé du blé.

Partager cet article avec :