Isobutène biosourcé : Global Bioenergies livre Arkema avec 6 mois d’avance

Partager cet article avec :
Installation de BioDemo à Bazancourt-Pomacle.
Installation de BioDemo à Bazancourt-Pomacle.

C’est une avancée majeure pour Global Bioenergies. La société, qui développe des procédés de conversion de ressources renouvelables en hydrocarbures par fermentation, vient de livrer à Arkema un premier lot d’isobutène biosourcé avec 6 mois d’avance sur le calendrier. « Grâce à la coopération des équipes d’ARD et de Global Bioenergies, la mise à l’échelle de notre procédé de production d’isobutène biosourcé dans un pilote industriel s’est faite en un temps record » a commenté Frédéric Pâques, COO de Global Bioenergies. En effet, ce lot a été produit dans le pilote industriel de Global Bioenergies, mis en service en novembre 2014 sur la bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle près de Reims, au sein du démonstrateur BioDemo. Or celui-ci est opéré par la société de recherche ARD, affiliée au sucrier Cristal Union. Il avait été construit initialement pour assurer le pilotage du procédé de production d’acide succinique biosourcé de la société BioAmber, actuellement en cours d’industrialisation à Sarnia au Canada.

«  Pour la première fois, toute la chaîne de production a ainsi été intégrée : le glucose issu d’amidon de blé a été converti par fermentation en isobutène gazeux, lequel a été purifié et liquéfié, puis enfin conditionné dans un cylindre pressurisé dédié au transport de gaz industriels » s’est félicité la société.

Vers la production d’acide méthacrylique biosourcé

Le cylindre contenant l’isobutène liquide a ensuite été acheminé vers le site d’Arkema de Pierre-Bénite, au sud de Lyon. Le projet BioMA+, financé par l’Etat Français (Programme Investissements d’Avenir de 10,5 M€ prévu d’octobre 2013 à octobre 2016), prévoit que cet isobutène soit converti en acide méthacrylique, un composé essentiel des peintures acryliques, sur une unité d’oxydation pilote installée chez Arkema.

Jean-Luc Dubois, directeur scientifique chez Arkema, a rappelé que sa société était déjà en relation avec Global Bioenergies alors que cette fermentation n’en était qu’à ses balbutiements. Il s’est félicité des progrès accomplis ces dernières années, rappelant que ce partenariat témoigne de la volonté de développement de sa société dans la bioéconomie.

Partager cet article avec :