Isobutène à partir de paille : Global Bioenergies, Clariant et Ineos financés par l’Europe

Partager cet article avec :
Global Bioenergies et Clariant ont déjà produit de l’isobutène à partir d’hydrolysat de paille de blé dans le pilote industriel exploité par ARD, à Pomacle-Bazancourt (Marne).

Avec le groupe Ineos, c’est un soutien de poids qui vient s’ajouter à la longue liste des partenaires de Global Bioenergies. Le pétrochimiste britannique se retrouve en effet en première ligne, aux côtés de la société française et du suisse Clariant – déjà partenaire -, dans le montage d’un projet innovant visant à bâtir une nouvelle chaîne de valeur partant de la paille pour arriver à la production d’oligomères d’isobutène.

Pour cela les trois acteurs ont construit Optisochem, projet retenu par le programme européen Bio-Based Industries Joint Undertaking (BBI-JU), un mécanisme de partenariat public privé entre l’Union Européenne et le Consortium des Bio-Industries (BIC) qui a pour objectif de soutenir le développement de technologies innovantes en particulier dans les phases de pré-industrialisation à travers une enveloppe de 3,8 milliards d’euros de budget sur la période 2014-2020 (1 Mrd € de fonds publics européens et 2,8 Mrds € de financements privés). Résultat, Optisochem bénéficiera d’un budget de 16,4 M€ dont 9,8 M€ de fonds publics apportés par le BBI-JU et le complément restant à la charge des participants. Global Bioenergies, qui reste le chef de file du projet, précise qu’il recevra 4,4 M€ pour des opérations à mener sur son site de R&D d’Evry et son pilote de Bazancourt-Pomacle (site ARD), ainsi que son démonstrateur industriel de Leuna en Allemagne. Optisochem débutera le 1er juin pour une durée de 4 ans.

Une consolidation de savoir-faire et de technologies

Dans le détail, Optisochem s’appuiera en amont sur la technologie Sunliquid développée par Clariant qui permet de transformer de la paille en hydrolysats riches en glucose et xylose. Cette technologie a été développée au départ pour le secteur des biocarburants et la production d’éthanol cellulosique. « Depuis notre site de Straubing en Allemagne, nous allons livrer des sucres de seconde génération aux différents sites de Global Bioenergies pour qu’ils soient transformés en isobutène, après avoirs démontré en 2016 l’adéquation parfaite de notre plateforme Sunliquid avec le procédé isobutène de Global Bioenergies. Cette démonstration à plus grande échelle va maintenant prouver la faisabilité technique et économique pour une future production commerciale » a déclaré Markus Rarbach, directeur Biocarburants et dérivés de Clariant. Puis Global Bioenergies apportera sa technologie pour la fermentation des hydrolysats en isobutène. En bout de chaîne, Ineos travaillera sur la conversion de l’isobutène en oligomères, sachant qu’il revendique déjà plus de cinquante ans d’expérience dans les produits dérivés de l’isobutène par oligomérisation tels que les lubrifiants, les caoutchoucs, les cosmétiques, les plastiques, les solvants ou encore les carburants. A ceci près qu’Ineos travaillait sur des produits d’origine fossile.

L’ingénierie préliminaire d’une future usine convertissant les hydrolysats en isobutène et son intégration globale avec une usine convertissant la paille en hydrolysats sera réalisée par TechnipFMC et IPSB (France). L’évaluation de la durabilité et du respect de l’environnement reviendra à l’Université de Linz (Autriche).

Accélération des participations françaises dans le BBI-JU

Le projet Optisochem s’ajoute à la liste des 35 projets déjà financés par le BBI-JU, sachant que le programme prévoit de financer un total de quelque 200 projets d’ici à 2020. Après des débuts timides, il est aussi révélateur de l’implication croissante des acteurs français dans ce programme européen. Implication qui s’accélère depuis le troisième appel à projet lancé mi-2015 (2015-2). Par exemple, on peut citer la présence de Novasep dans Bioforever, de la FCBA dans Efforte, de l’INRA dans GreenProtein, d’Improve dans Indirect ou encore d’Ynsect, Ineris et Tereos dans Zelcor.

Partager cet article avec :