Innovation : Création de la structure inter-réseaux CrossChim

Partager cet article avec :
Les signataires de la convention de partenariat pour la création de CrossChim. (c)Elastopole

A l’occasion des Rendez-vous Carnot à Paris, sept pôles de compétitivité de la filière Chimie ont signé le 19 octobre une convention de partenariat pour la formation de CrossChim. Cette structure inter-réseaux initiée par l’Union des Industries Chimiques (UIC) vise à promouvoir l’innovation dans les secteurs de la chimie et des matériaux. Elle regroupe les pôles de compétitivité Axelera, Elastopole, Industries Agro-Ressources (IAR), Matikem, Plastipolis, Trimatec, Xylofutur et le CRITT Chimie et Matériaux Novachim. « L’objectif de CrossChim est de favoriser la collaboration entre les pôles afin de faire avancer l’innovation, dans le but de renforcer la compétitivité sur toute la chaîne de production, de l’amont jusqu’à l’aval, et sur l’ensemble du territoire », précise Thierry Stadler, président du pôle IAR.

Accroître le rayonnement régional au niveau national et international

Dans le détail, CrossChim s’est fixé cinq principales missions : promouvoir le secteur de la chimie; soutenir et accélérer les projets de chimie durable; développer la compétitivité des entreprises; promouvoir l’innovation dans le domaine de la chimie et des matériaux; et accroître la visibilité internationale. « Les pôles et clusters implantés au niveau régional pourront ainsi bénéficier d’un rayonnement au niveau national voire international », indique Éric Firtion, directeur Innovation de l’UIC. Pour remplir ces missions, CrossChim entend mener différentes actions telles que des démarches de sensibilisation et de communication, le montage de projets collaboratifs (nationaux ou internationaux), la mise en relation entre entreprises, le partage d’informations sur les stratégies de chimie durable ou encore du lobbying. « La création de CrossChim va permettre de simplifier la mise en relation entre les entreprises, et faciliter l’accès à l’écosystème français d’innovation. Pour un groupe de la dimension internationale de BASF, il n’est pas toujours évident de s’adresser au bon interlocuteur dans le cadre de projets collaboratifs d’innovation », explique Caroline Pétigny, responsable du développement durable et des relations scientifiques chez BASF France.

Partager cet article avec :