Ingrédients naturels : Création de la chaire industrielle Viva

Partager cet article avec :

L’Ecole d’ingénieurs Sigma Clermont a procédé au lancement d’une chaire industrielle de formation et de recherche sur la Valorisation d’Ingrédients Végétaux bioActifs (Viva). Associant des PME innovantes (Greentech, T2T International, 3inature, Dômes Pharma et LexVa Analytique), cette structure a pour objectif « de conduire à la valorisation du végétal par la production de principes actifs naturels d’intérêt alimentaire, cosmétique ou médicinal. « Partant du constat que le potentiel d’innovation lié aux activités biologiques des plantes est considérable mais encore très peu exploité, (..) nous avons décidé de renforcer nos actions afin de fédérer les acteurs impliqués dans la chimie du végétal », détaille Pierre Chalard, directeur des études délégué Chimie de Sigma Clermont. Cette chaire s’appuie sur les expertises de l’Ecole en chimie et procédés industriels de fabrication, et les travaux de l’équipe Chimie organique Médicinale de l’institut de Chimie de Clermont-Ferrand, en partenariat avec l’équipe Ecrein, de l’Unité de nutrition humaine de l’université Clermont-Auvergne. Il s’agit de la deuxième chaire industrielle mise en place par Sigma Clermont, après celle sur la fabrication additive soutenue par Michelin et Limagrain.

Former à de nouveaux métiers

La chaire Viva permettra de former des ingénieurs capables de relever les défis de la production et de l’industrialisation des produits de demain, notamment via la voie des biotechnologies. « Cette formation innovante et pluridisciplinaire fortement ancrée sur des compétences locales, répond à un besoin principal des industriels du secteur de l’extraction végétale et bénéficie d’un lien direct avec des entreprises partenaires », explique Pierre Chalard. A noter que les enseignants chercheurs de Sigma Clermont pourront aussi bien intervenir en formation initiale qu’en formation continue auprès des entreprises. Pour les PME partenaires, cette chaire constitue « un vecteur d’échanges et de développement » pour toutes les étapes de la chaîne de valeur du sourcing des végétaux jusqu’à leur recyclage. Elle aidera à valoriser le patrimoine botanique local, et à faire émerger une filière courte de production de plantes en Auvergne.

Partager cet article avec :