Ifmas a été placé en liquidation judiciaire

Partager cet article avec :
Bâtiment IFMAS, acheté en 2013.

Les temps sont durs pour les plateformes d’innovation dans le domaine de la chimie verte. Après la mise en liquidation de Valagro Carbone Renouvelable (Melle, Deux-Sèvres) en décembre 2017, c’est au tour de l’ITE Ifmas de tirer sa révérence. Le journal La Voix du Nord nous apprend que cet Institut français des matériaux agrosourcés, installé sur le parc scientifique de la Haute-Borne (Villeneuve-d’Ascq, Nord) a été mis en liquidation le 19 mars dernier par le tribunal de commerce de Lille, alors qu’il était en cessation de paiement depuis le début du mois. L’établissement employait 9 salariés qui font l’objet d’une procédure de licenciement économique, tandis que 24 doctorants et post-doctorants vont devoir trouver une autre structure d’accueil.

Un démarrage en 2012

Ifmas avait été créé en 2012 à la suite des appels à projets sur les instituts d’excellence décarbonés, rebaptisés par la suite ITE (Institut de transition énergétique). L’institut semblait avoir trouvé son allure de croisière entre le développement de sa plateforme technologique, le financement de programmes de recherche ou la formation, mais peut-être pas sur le plan financier. Un déséquilibre entre dépenses et recettes s’était installé en dépit des aides accordées dans le cadre du PIA. Rappelons que sa dotation initiale en aide publique était annoncée à 30,8 millions d’euros.

En 2012, avant Ifmas, deux premiers ITE avaient été sélectionnés, dont Indeed à Lyon, devenu Ideel et mis en liquidation début 2016, et Pivert près de Compiègne. Cet institut, dédié à la chimie du végétal à partir de biomasse oléagineuse, est le dernier survivant de cette époque. Il reste soumis au même difficile challenge de trouver un modèle économique à mesure que les aides publiques s’amenuisent, avec un objectif d’autonomie financière à l’horizon 2020.

 

Partager cet article avec :