Hydrogène renouvelable : Le projet Vabhyogaz entre en phase de démonstration

Partager cet article avec :

Produire de l’hydrogène et du bicarbonate de sodium à partir de déchets organiques (en passant par la méthanisation), puis travailler sur les questions de transport et de distribution, c’est l’objet du projet Vabhyogaz qui entre dans sa phase 3. Soutenu par l’Ademe dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir et de l’appel à projets national « Stockage et Conversion de l’Energie », il bénéficiera d’un montant de 9,8 M€ (dont une aide en grande partie remboursable de 4,5 M€) pour une durée de 4 ans sur la période 2016-2020, pour franchir le stade de la démonstration. Au programme justement, la réalisation de démonstrateurs à l’échelle de 100 kg d’H2 par jour sur 2 territoires différents, afin de garantir la pertinence du modèle décentralisé de production/transport/distribution.

Démonstration dans le Tarn

Le premier territoire déjà sélectionné est le Tarn (81) avec un site de production localisé chez TRIFYL, à Labessière-Candeil. Le site accueillera également l’unité de production de bicarbonate de sodium à partir d’une source de CO2 renouvelable, capté en sortie du procédé de fabrication de l’hydrogène. Cette phase a déjà été validée à échelle pilote (20 kg/h avec du CO2 issu de fermentation vinicole) sera gérée par la société EMTA, filiale de SARP Industries. Elle repose sur la réaction du carbonate de sodium avec le CO2, en suspension dans de l’eau. Il s’agit ici de passer à une échelle de 375 kg/h (3000 tonnes/an) en validant le procédé dans des conditions de fonctionnement industriel en continu, pour ensuite envisager une réplication à échelle de 1 500 kg/h (12 000 tonnes/an).

Les débuts du projet Vabhyogaz remontent à 2007, à l’initiative de Didier Gousset, chercheur à l’école des Mines d’Albi. Quatre autres partenaires participent au projet : HERA-France, HP Systems, TRIFYL, EMTA, filiale de SARP Industries.

Partager cet article avec :