Green Tech et Matabase allient bioéconomie et numérique

Partager cet article avec :

Comment concilier la bioéconomie et le numérique ? Deux dossiers de l’appel à projets « Jeunes pousses-Green Tech verte » en apportent une illustration. Ils ont été retenus parmi les 37 dossiers (sur 120) sélectionnés par un jury présidé par Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et composé de représentants du Commissariat au Développement durable, de l’Ademe et du Commissariat Général à l’Investissement.

Le projet GREEN TECH est porté par la SCOP Ecosec. Il vise à développer un boîtier de mesure installable au cœur des compostières et mesurant les paramètres de bon déroulement du processus de compostage. Le marché est celui du compostage domestique ou collectif de proximité. Il s’agit de rendre le compostage moderne et ludique, une plate-forme en ligne permettant l’analyse et la restitution des données en temps réel. Le bénéfice environnemental est la promotion de l’écologie urbaine et le développement de la gestion domestique des déchets organiques.
Lieu : Montpellier – Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Contact : b.clouet@ecosec.fr

Quant au projet MATABASE, il porte le nom d’une plate-forme numérique en open data qui entend soutenir le développement des filières de matériaux biosourcés et de matériau de recyclage pour le BTP. Elle améliorera l’empreinte environnementale de la construction des bâtiments et des infrastructures et se développera selon 3 axes d’activité : une place de marché ou les matières seront négociées entre professionnels ; des formations en éco-conception du BTP en formation initiale et continue ; les services d’experts en déconstruction et en revalorisation de matériau.
Lieu : Arcueil – Ile-de-France
Contact : contact@matabase.fr

Quel accompagnement pour les lauréats ?

L’appel à projets était destiné aux petites entreprises en création ou créées depuis moins de 36 mois à la date du dépôt du dossier, dotées d’un capital inférieur à 100 000 euros. L’objectif est aussi de concrétiser des projets d’innovation au potentiel particulièrement fort pour l’économie française et la croissance verte.

Pour ce qui est de leur accompagnement, un incubateur de startup est créé au sein même du ministère de l’Environnement : il sera installé dans les locaux de l’Ecole nationale des ponts et chaussée (Champs-sur-Marne) à partir de la rentrée 2016. Les lauréats pourront le rejoindre et bénéficier d’un double accompagnement :

  • Un accompagnement financier : jusqu’à 150 000 € de fonds de préamorçage seront accordés aux startup qui intègrent l’incubateur afin de consolider les projets. Un second financement pouvant aller jusqu’à 500 000 € permettra de soutenir les projets les plus prometteurs.
  • Un accompagnement technique : les lauréats auront accès à l’ensemble des ressources scientifiques et techniques du ministère, soit plus de 10 millions de données. Ils seront aussi intégrés au réseau du ministère : écoles d’ingénieurs, IGN, Météo-France, Ademe, Muséum national d’histoire naturelle, future Agence française de la biodiversité…. Enfin, les startup bénéficieront aussi d’un accompagnement à la valorisation économique de leurs résultats : la mise en relation avec des acteurs dédiés (pôles de compétitivité, agences régionales d’innovation…) participera à cette dynamique.
Partager cet article avec :