Glucose 2G : le procédé Zambezi d’Avantium proche de l’industrialisation

Partager cet article avec :
Le parc chimique de Delfzijl.

Avantium, société néerlandais spécialisée dans la chimie renouvelable (et qui est en train d’ouvrir une voie pour la production de PEF biosourcé), annonce un partenariat avec AkzoNobel, Chemport Europe, RWE et Staatsbosbeheer pour le développement d’une usine de référence sur la plateforme chimique « Chemie Park Delfzijl » au nord des Pays-bas. Les partenaires n’ont pas d’autre ambition que d’installer sur ce site une bioraffinerie bois-chimie compétitive.
La future usine s’appuiera sur une technologie développée par Avantium et baptisée Zambezi. Elle vise la production de glucose de haute pureté à partir de biomasse non alimentaire de deuxième génération telle que des résidus forestiers, de la pulpe ou des sous-produits agricoles. Cette production de sucre sera associée à de la production de lignine. « Le procédé est particulièrement adapté à la fabrication de glucose de haute pureté nécessaire à la production d’une large gamme de produits chimiques biosourcés et de matériaux pour l’industrie chimique de demain » expliquent les partenaires dans leur communiqué.

La lignine sera brûlée

Ce glucose servira ensuite de matière première dans des procédés catalytiques ou fermentaires de production de matériaux durables tels que le PLA (acide polylactique), PEF (polyéthylène furanoate), PBAT (polybutylène adipate-co-téréphthalate) ou PHA (polyhydroxyalcanoate). De son côté, la lignine est pressentie pour une valorisation énergétique, compte tenu de son contenu énergétique nettement plus élevé que celui de la biomasse ligneuse. Une valorisation matière n’est pas évoquée, sachant que la lignine est une source potentielle de molécules aromatiques.

Un projet où l’union fait la force
Chaque partenaire va apporter son savoir faire au projet. La matière première sera issue de résidus forestiers recueillis par Staatsbosbeheer, organisme gouvernemental néerlandais chargé de la gestion des forêts. L’usine bénéficiera de fortes synergies avec les infrastructures déjà existantes d’AkzoNobel à Delfzijl. L’énergéticien RWE fournira à la fois des matières premières et convertira la lignine issue du procédé en énergie renouvelable. L’incubateur Chemport Europe apportera un soutien stratégique de la région du Nord des Pays-Bas par le biais d’une série d’initiatives visant à faciliter le projet. D’autres partenariats et collaborations synergiques sont actuellement en cours de montage.

Partager cet article avec :