Global Bioenergies : succès du projet BIOMA+

Partager cet article avec :

La société de biotechnologie industrielle Global Bioenergies a annoncé la production d’acide méthacrylique à partir d’isobutène biosourcé dans le cadre du projet BIOMA+. Financé par l’Etat dans le cadre du Programme des investissements d’avenir (PIA), ce projet associant également Arkema et le CNRS visait à la mise en place d’un pilote de production d’isobutène biosourcé, ainsi que d’une unité de conversion en acide méthacrylique (composé employé pour la formulation de peintures). Ce franchissement d’étape a déclenché un dernier versement de 797 000 euros en faveur de Global Bioenergies, ce qui lui permet d’afficher un niveau de trésorerie d’environ 7,4 millions d’euros. « Ce niveau de trésorerie brute de 7,4 M€ au 31/12/2016 est significativement plus élevé qu’anticipé. Les financements publics français et allemands (au total 6,2 M€ à recevoir en 2017), ainsi que le financement en capital du fonds émirati Bracknor (engagement ferme d’investissement de 7,5 M€ sur 2017) nous apportent une visibilité complète sur 2017 », déclare François-Henri Reynaud, directeur financier de Global Bioenergies.

2017, année charnière pour Global Bioenergies

Global Bioenergies annonce que les résultats obtenus vont permettre de préparer l’étape suivante de mise à l’échelle. Les travaux se dérouleront sur le démonstrateur industriel installé sur la raffinerie de Leuna en Allemagne, qui vient d’être finalisé en novembre. Outre son unité de démonstration, La société de biotechnologie industrielle est engagée depuis 2015 dans la construction en France d’une unité commerciale de bio-isobutène. Un projet pour lequel le groupe s’est vu accorder en juin 2016 un financement de 9 M€ sur 4 ans dans le cadre du PIA. « 2017 sera une année clé : notre procédé approchera des performances finales à l’échelle du démonstrateur industriel, nous ferons avancer notre premier projet d’usine commerciale et en ferons germer de nouveaux et nous diversifierons les ressources utilisables dans notre procédé pour en réduire le coût et en augmenter encore le bénéfice environnemental », indique Marc Delcourt, directeur général de Global Bioenergies.

Partager cet article avec :