Global Bioenergies s’intéresse au propylène biosourcé

Partager cet article avec :

Spécialiste de l’isobutène biosourcé, Global Bioenergies cible d’autres oléfines comme le propylène. Le groupe français vient de valider expérimentalement une voie métabolique permettant de convertir biologiquement des ressources renouvelables en propylène. Un projet ambitieux car le propylène est la deuxième molécule la plus importante de la pétrochimie et représente un marché de 93 milliards de dollars (72 M€), son principal débouché étant la production de polypropylène. Mais la mise au point d’un procédé de fabrication de polypropylène biosourcé n’est pas aisée car « aucune voie métabolique menant au propylène n’est connue chez les microorganismes », explique Global Bioenergies. « Créer un procédé de bioproduction directe de propylène requerrait donc le design d’une voie artificielle reposant sur des activités enzymatiques inédites et de nouveaux intermédiaires métaboliques », ajoute le groupe. Plusieurs demandes de brevets ont été déposées. Global Bioenergies dispose des droits d’exploitation exclusifs. Prochaines étapes : l’ingénierie d’enzymes plus actives et leur intégration dans des microorganismes, la mise au point d’un prototype du procédé, puis l’industrialisation en partenariat.

Fin 2010, le Brésilien Braskem avait déjà communiqué sur la possibilité de produire du propylène vert. Mais sa technologie brevetée consiste à produire par voie chimique du propylène à partir d’éthanol issu de canne à sucre. Il devait ensuite investir 100 millions de dollars (70 M€) dans la construction d’une unité de production de 30 000 t/an, opérationnelle en 2013.

 

Partager cet article avec :