Global Bioenergies produit de l’isobutène à partir de xylose

Partager cet article avec :
Le procédé a été développé initialement en utilisant du glucose issu de céréales.
Le procédé a été développé initialement en utilisant du glucose issu de céréales.

Global Bioenergies a réussi à produire de l’isobutène fermentaire en utilisant exclusivement du xylose (sucre en C5) comme matière première, suivant des performances proches de celles obtenues à partir de glucose de blé et de saccharose issu de betterave. « Le métabolisme central de la souche de production utilisée a été remanié en utilisant une approche innovante de biologie de synthèse » précise la société.

Initialement, le procédé Isobutène de Global Bioenergies a été développé en utilisant du glucose (C6) issu de céréales telles que le blé ou le maïs. Début 2015, la société a annoncé que le procédé pouvait fonctionner avec des sucres issus de déchets agricoles et forestiers, environnés de nombreuses impuretés. Les ressources issues de ces déchets agricoles et forestiers, dites de « deuxième génération », sont des mélanges complexes contenant non seulement du glucose, un sucre à six carbones, mais également des sucres à cinq carbones, au premier rang desquels le xylose, étymologiquement le « sucre du bois ».

Une diversification des matières premières

« Nous continuons de diversifier les ressources compatibles avec le procédé Isobutène. Notre procédé, peu sensible aux impuretés présentes dans les ressources de deuxième génération, se montre également robuste et adaptable à diverses matières premières » a déclaré Frédéric Pâques, directeur des opérations de Global Bioenergies. « La valorisation des déchets agricoles et forestiers est une industrie naissante, qui représente pour Global Bioenergies une opportunité importante. Lorsqu’elles seront disponibles en grandes quantités, ces ressources bon marché permettront de réduire encore les coûts de production du bio-isobutène, et de faciliter la diffusion de la technologie dans un contexte de volatilité des prix dans la pétrochimie » a ajouté Marc Delcourt, président de la société.

Partager cet article avec :