Global Bioenergies fléchit sur le premier semestre

Partager cet article avec :

Le spécialiste des procédés de production d’hydrocarbures par fermentation a publié son bilan financier sur le premier semestre de son exercice 2015. Au 30 juin, Global Bioenergies enregistre un résultat net en chute de 6,1 millions d’euros, principalement dû aux charges d’exploitation (6,8 M€). Quant à la trésorerie, elle s’élève au 30 juin 2015 à 13,8 M€, contre 15,7 M€ au 31 décembre 2014. Les capitaux propres du groupe atteignent environ 10,5 M€. Les dépenses regroupent notamment les frais de personnel (27,7 %), les études d’industrialisation (24 %), les frais de fonctionnement (14 %) et de laboratoire (13,6 %). « Ce premier semestre 2015 a été exceptionnel : pour la première fois, nous avons conditionné et expédié des lots d’isobutène depuis notre site de Pomacle-Bazancourt, la construction du démonstrateur de Leuna a démarré et les fondements de la première usine d’isobutène renouvelable ont étés posés », estime François-Henri Sahakian, directeur administratif et financier de Global Bioenergies. Avant de poursuivre : « En parallèle de ces grandes avancées, la consommation de trésorerie sur le semestre n’a été que de 1,9 M€, ce qui permet à la société de conserver une bonne visibilité ».

Une production industrielle d’ici à 2018

En 2015, Global Bioenergies a passé la vitesse supérieure concernant la production d’isobutène. En effet, il avait noué une coentreprise avec le groupe coopératif agro-industriel Cristal Union afin de construire la première usine de conversion de ressources renouvelables en isobutène. Dénommée IBN-One, cette unité d’une capacité de 50 000 tonnes par an utilisera le procédé du démonstrateur de Pomacle-Bazancourt et sera installée en France. Sa mise en service est programmée pour la fin de l’année 2018. Dernièrement, la société de biotechnologie industrielle est parvenue à atteindre un rendement de 70 % pour la production d’isobutène en laboratoire. Elle avait également réussi à obtenir de l’isobutène à partir de xylose (sucre en C5) au lieu de glucose et de saccharose (sucres en C6).

Partager cet article avec :