Global Bioenergies étoffe son portefeuille de technologies

Partager cet article avec :

La société de biotechnologie industrielle a annoncé la signature d’une licence exclusive portant sur une famille de brevets concernant la production d’oléfines légères. Global Bioenergies détient les droits sur des procédés de production d’isobutène, de butadiène et de propylène par fermentation directe à l’aide d’enzymes alternatives comme l’acide férulique décarboxylase (FDC) ou l’acide phénylacrylique décarboxylase (PAD). « Bien que nous continuions à déposer nos propres brevets, nous tendons également à adopter une approche plus ouverte, selon laquelle nous nous positionnons en tant qu’intégrateur de technologies », déclare Frédéric Pâques, directeur des opérations de Global Bioenergies. Avant de poursuivre : « Nous pensons aujourd’hui avoir une position très forte sur l’ensemble des voies pertinentes industriellement pour la production fermentaire directe d’isobutène, à partir de tous types de matières premières y compris les sucres de première et seconde générations ainsi que le syngas ou le dioxyde de carbone ». Le portefeuille de propriété intellectuelle de la société (brevets et accords exclusifs d’exploitation), compte désormais 32 familles. Comptabilisant 38 brevets en propre, ce portefeuille couvre notamment les aspects clés de la production biologique d’isobutène via des technologies enzymatiques impliquant par exemple la diphospo-mévalonate décarboxylase.

Des installations pré-industrielles en projet

Du côté de la production à échelle industrielle, Global Bioenergies est en train de finaliser le déploiement de son démonstrateur de Leuna en Allemagne, pour lequel il avait réceptionné un skid de purification en juin 2016. En outre, l’entreprise a initié en 2015 une coentreprise avec Cristal Union (IBN-One) pour la construction d’une unité industrielle de bio-isobutène en France. Enfin, le groupe a récemment confié son intention de s’implanter sur le sol américain prochainement, via une usine de production sur base maïs. « Nous passons du statut de structure de R&D à un positionnement d’industriel intégré. L’accès, via des accords de licences à des segments technologiques détenus par des tiers va nous aider à concéder aux industriels exploitants des licences sur nos procédés », indique Marc Delcourt, directeur général de Global Bioenergies.

 

 

Partager cet article avec :