Global Bioenergies et LanzaTech s’unissent pour produire de l’isobutène à partir de déchets

Partager cet article avec :

Déjà partenaires depuis 2011, le Français Global Bioenergies et le Neo-zélandais LanzaTech ont décidé de renforcer leur collaboration. Les deux sociétés ont maintenant l’intention de développer un procédé intégré capable de convertir des matières premières non agricoles en isobutène, en s’appuyant sur de nouvelles souches microbiennes qu’ils auront développées.

Jusqu’à présent, Global Bioenergies s’était surtout focalisé sur l’utilisation de sucres industriels ou d’extraits de déchets agricoles pour produire de l’isobutène et d’autres alcènes légers.

Transformer des déchets industriels

LanzaTech avait plutôt une vision « recyclage » à travers la transformation de déchets industriels comme le monoxyde de carbone et/ou le dioxyde de carbone et l’hydrogène en produits chimiques simples comme l’éthanol ou l’acétone. Vision qui présente aussi l’avantage d’en finir avec les éternels débats sur la compétition alimentaire, non-alimentaire ! D’ailleurs, LanzaTech construit actuellement ses premières installations commerciales qui produiront de l’éthanol à partir de gaz résiduels d’aciéries. Mais la société a d’ores et déjà levé plus de 200 millions de dollars auprès d’investisseurs comme Khosla Ventures, K1W1, Qiming Venture Partners, Malaysian Life Sciences Capital Fund, Petronas, Mitsui, Primetals, China International Capital Corp, Suncor et le New Zealand Superannuation Fund.

Une diversification de matières premières pour Global Bioenergies

La réunion des savoir faire permet à Global Bioenergies d’envisager une diversification des matières premières pour un déploiement plus massif de sa technologie, tandis que LanzaTech pense à élargir sa palette de produits chimiques à des molécules plateformes, considérant que « les microorganismes consommant des gaz industriels présentent les mêmes capacités que ceux reposant sur la fermentation de sucres ».

Partager cet article avec :