Global Bioenergies et Audi testent un carburant biosourcé à Montlhéry

Partager cet article avec :
Des essais sur une Audi A4 2.0 TFSI.

Le 5 avril dernier, pour la toute première fois, Global Bioenergies a utilisé un mélange d’essence conforme à la norme EN228 contenant plus de 34 % de dérivés d’isobutène renouvelable pour alimenter un véhicule. Dans cette essence, on retrouve à la fois de l’isooctane, obtenu par la condensation de deux molécules d’isobutène suivie d’une hydrogénation et de l’ETBE, obtenu par la condensation d’isobutène et d’éthanol. L’avantage étant que ces deux composés, jusqu’à présent produits sur base fossile, sont d’ores et déjà autorisés à la vente pour toutes les voitures essences, sans précaution particulière. « Ces deux composés sont des additifs hautes performances (indice d’octane élevé égal ou supérieur à 100) jusqu’alors produits à partir de pétrole fossile. Le procédé exclusif de Global Bioenergies permet de produire des composés en tous points identiques, mais à partir de matières premières renouvelables comme des sucres de qualité industrielle, de la paille, du bois résiduel, voire même du gaz de synthèse » précise la société innovante.

Des essais à Montlhéry

Le véhicule choisi pour réaliser ces premiers essais, en situation réelle et non plus sur banc moteur, sur le circuit de Montlhéry, est une Audi A4 2.0 TFSI, fournie par le constructeur partenaire de longue date de Global Bioenergies. Reiner Mangold, directeur du développement durable pour Audi, a déclaré à cette occasion : « L’objectif du partenariat avec Global Bioenergies est de développer de l’“e-benzin”* pour nos clients. Cette contribution volontaire de notre part vise à réduire l’empreinte carbone de l’industrie automobile. Les effets potentiels sur les économies de CO2 et la réduction d’émissions associés aux carburants synthétiques “drop-in” sont d’importants atouts pour notre stratégie e-carburants. » Quant à Marc Delcourt, directeur général de Global Bioenergies, il a déclaré : « cette journée marque un énorme jalon pour l’entreprise. Quelques années à peine après l’entrée de notre procédé dans sa phase de mise à l’échelle, le fruit des efforts déployés sont désormais visibles. Nous consacrerons les prochaines phases aux défis technologiques et commerciaux qui restent à relever ainsi qu’à la préparation du déploiement grand public de cette nouvelle offre. »

* Nom donné par Audi à cette nouvelle essence de synthèse d’origine renouvelable

Partager cet article avec :