Global Bioenergies avance dans le biobutadiène

Partager cet article avec :
Global Bioenergies
La recherche de Global Bioenergies est abritée au Genopole d’Evry.

Après l’isobutène et le propylène, la start-up Global Bioenergies valide une nouvelle voie métabolique permettant d’accéder au butadiène à partir de ressources renouvelables. La société a utilisé son savoir faire en biologie synthétique pour modifier génétiquement un microorganisme qui est désormais capable de produire massivement du butadiène par fermentation gazeuse de matières renouvelables comme des sucres. Global Bioenergies vient ainsi de boucler la première phase d’un partenariat avec Synthos initié en juillet 2011. Cette oléfine légère intéresse tout particulièrement ce producteur de caoutchoucs. A l’instar de ses confrères, il redoute dans le futur des ruptures d’approvisionnement en C4 depuis les vapocraqueurs. Ces derniers fonctionnant de plus en plus à l’éthane.

Comme le prévoit l’accord, ce succès a déclenché le versement immédiat de 1,5 million d’euros à Global Bioenergies, tandis que plusieurs demandes de brevets ont été déposées. Le programme peut maintenant entrer dans sa phase de développement, à laquelle Synthos contribuera à hauteur de plusieurs millions d’euros sur trois ans. Thomas Kalwat, président de Synthos, a déclaré : « Les résultats obtenus par Global Bioenergies lors de la phase de découverte sont très convaincants. Un procédé de bioproduction de butadiène à un prix attractif sera bénéfique pour l’environnement, permettra la fabrication d’une nouvelle génération de caoutchoucs et offrira à Synthos un avantage compétitif clair ». Une fois le procédé en phase d’exploitation, Global Bioenergies recevra de Synthos des redevances sur le butadiène bio-sourcé utilisé pour la production de caoutchouc. En revanche, Global Bioenergies conserve l’exclusivité des droits pour d’autres applications, notamment la fabrication du nylon (synthèse de l’adiponitrile et de l’hexaméthylène diamine), certains plastiques et latex, qui représentent un marché actuel supérieur à six milliards de dollars. «  Dix millions de tonnes de butadiène sont produites chaque année à partir du pétrole, dont sept millions sont utilisées pour la fabrication de caoutchouc synthétique, et trois millions pour produire du nylon, des plastiques et du latex. Le butadiène représente au total un marché supérieur à vingt milliards de dollars » évalue la start-up.

Partager cet article avec :