Gevo livre du paraxylène biosourcé à Toray

Partager cet article avec :
Laboratoires de Gevo à Englewood dans le Colorado.
Laboratoires de Gevo à Englewood dans le Colorado.

La cleantech américaine Gevo annonce la commercialisation de paraxylène (PX) biosourcé à Toray, producteur japonais de différentes catégories de fibres, films, matières plastiques et produits chimiques. Ce paraxylène, obtenu à partir d’isobutanol d’origine renouvelable, sera utilisé par Toray pour produire un PET (polyéthylène téréphtalate) à 100% biosourcé, un polyester dont le potentiel d’applications est considérable (bouteilles plastiques, fibres textiles…). Le Japonais entend d’ailleurs préparer des lots de bioPET de taille suffisante, pour des essais industriels chez ses clients, avant de pouvoir envisager un déploiement de ce nouveau produit.

Une production dans la bioraffinerie de Silsbee
Ce PX biosourcé a été livré en vertu d’un accord signé entre Gevo et Toray. Ce dernier avait notamment apporté une aide financière à Gevo pour la construction d’une unité de démonstration sur sa bioraffinerie de Silsbee au Texas (en partenariat avec South Hampton Resources filiale d’Arabian American Development). Une installation où Gevo produit aussi des hydrocarbures renouvelables pour l’aviation, ainsi que de l’isooctane biosourcé (molécule utilisée pour rehausser l’indice d’octane des essences).

Un soutien de Coca Cola
Gevo précise qu’il a également reçu le soutien de la Coca-Cola Company pour le développement de cette technologie de PX renouvelable. La société américaine est en effet un très grand consommateur de PET pour l’emballage de ses boissons. Pour l’heure sa technologie Plant Bottle ne permet de proposer qu’un emballage partiellement biosourcé à travers l’utilisation d’éthylène glycol renouvelable. Car à ce jour, il n’existe pas d’unités de production industrielle de PX en version biosourcée et qui servirait de précurseur à l’acide téréphtalique. Rappelons qu’en parallèle, Coca-Cola soutient la société néerlandaise Avantium qui travaille sur le développement de PEF biosourcé (polyéthylène furanoate, une molécule), dérivé de la molécule plateforme FDCA (acide 2,5-furane dicarboxylique). Aujourd’hui, PEF et PET à 100% biosourcés se livrent une âpre compétition pour arriver, dans un futur proche, à prendre des parts de marché au PET fossile en particulier dans le domaine de l’emballage agroalimentaire.

Partager cet article avec :