Firmenich commercialise des ingrédients issus de sa collaboration avec Amyris

Partager cet article avec :
Laboratoire Firmenich à Princeton.
Laboratoire Firmenich à Princeton.

Le groupe suisse Firmenich vient de démarrer la « production à grande échelle » d’Ambrox, un ingrédient pour la parfumerie obtenu par fermentation de sucre et proposé pour remplacer l’ambre. Pour cette production, Firmenich utilise une technologie développée en partenariat avec la société de biotech américaine Amyris. Elle avait été utilisée une première fois en 2014 pour le lancement de Clearwood, un ingrédient de parfumerie développé pour remplacer le patchouli. Ingrédient qui a remporté le prix de l’innovation lors du congrès Sepawa en 2015, « l’une des reconnaissances les plus prestigieuses de l’industrie en Europe », estime Geneviève Berger, directeur de la recherche de Firmenich.

Une collaboration depuis 2010

La première collaboration entre Firmenich et Amyris remonte à novembre 2010. A l’époque Firmenich prévoyait de financer Amyris pour que la société développe jusqu’à trois ingrédients Flavors & Fragrances (arômes et parfums) pour une commercialisation au début de 2014. Puis un nouvel accord datant de 2013 a permis d‘étendre la sélection d’ingrédients cibles qu’Amyris devait développer et fabriquer. Il a été alors indiqué que les deux parties devaient se partager les revenus des ventes.

10% du chiffre d’affaires investi en R&D

Fortement engagé dans l’innovation, Firmenich investit chaque année 10% de son chiffre d’affaires dans la R&D, soit 300 millions de francs suisses (275 M€). Le groupe possède 4 centres de recherche installés à Genève (Suisse), Princeton (Etats-Unis), Shanghai (Chine) et Gujarat (Inde). Il travaille aussi en étroite collaboration en open innovation avec un réseau de partenaires associant les plus grandes universités du monde ainsi que des start-up de pointe, comme Amyris. De son côté, Amyris n’a pas réservé l’exclusivité à Firmenich dans le domaine des Flavors & Fragrances puis qu’elle travaille aussi pour ses concurrents Givaudan et IFF.

Partager cet article avec :