Financement de projet : Sofiprotéol lève 100 M€ pour mieux accompagner les agro-industriels

Partager cet article avec :

La société dédiée au financement et au développement Sofiprotéol du groupe Avril a achevé une augmentation de capital d’un montant de 100 millions d’euros. Ce tour de table a été effectué auprès de ses partenaires historiques (Idia Capital Investissement-Crédit Agricole, Natixis, Unigrains, Terres Univia, l’Anamso, la FNAMS, la FNA, le GTOM et le SNIA) ainsi que de nouveaux souscripteurs (Arkea et Groupama). Cette somme va permettre de renforcer les moyens de Sofiprotéol pour soutenir financièrement les entreprises du secteur agroalimentaire et agro-industriel en France et en Europe. « Cette augmentation de capital est une avancée importante. Elle témoigne de notre dynamique de croissance et du rayonnement de nos activités au service de tous les acteurs de la ferme France, répondant plus que jamais à notre mission d’intérêt général de création de valeur au service des filières nationales », explique Michel Boucly, directeur général délégué de Sofiprotéol.

Une enveloppe totale de 375 M€

La filiale du groupe Avril depuis 2015 précise que les investissements unitaires pourront atteindre 60 M€, contre 40 M€ auparavant. Ils prendront la forme de prises de participation et de prêts. Avec les moyens supplémentaires alloués par ce tour de table, le groupe prévoit un engagement cumulé de 375 M€ pour la période 2017-2022. A titre de comparaison, Sofiprotéol a investi quelque 240 M€ sur les cinq dernières années, pour soutenir plus d’une centaine d’entreprises. Par exemple, il avait soutenu la société InVeja, expert des ingrédients à base de lupin, notamment pour financer des projets de recherche, des opérations de croissance externe.

Six secteurs d’intervention

Les nouveaux moyens permettront à Sofiprotéol de financer des projets dans six différents domaines d’intervention :

  • L’amont végétal : agrofournitures, machines, protection et nutrition des plantes, semences et biotechnologies végétales
  • L’amont animal : santé animale et vétérinaire, génétique
  • La collecte et transformation des produits agricoles : mise sur le marché de la production, commercialisation en B2B, ingrédients
  • Les produits alimentaires de grande consommation (produits carnés en particulier)
  • L’innovation durable : chimie végétale, méthanisation, biomasse-énergie, agromatériaux
  • La nutrition des animaux d’élevage
  • Le capital-risque et le capital-développement
Partager cet article avec :