Fermentation: Afyren monte en échelle

Partager cet article avec :
Installation pilote de fermentation d’Afyren (c) Dinhill On

La société spécialisée dans la production d’acides carboxyliques par voie fermentaire  Afyren a annoncé le succès de la montée en échelle au niveau industriel de son procédé Afynerie. Le groupe basé à Saint-Beauzire a réalisé une preuve de concept industrielle, en validant sa technologie pour un volume de 70 000 litres. L’installation, mise en œuvre sur le site de Cristal Union à Clermont-Ferrand, a permis la production à partir de « plusieurs tonnes de coproduits sucriers » de « centaines de kilos » d’acides organiques biosourcés à destination des secteurs de la nutrition, de la chimie et de la cosmétique: acide acétique, propionique, butyrique, isobutyrique, valérique, isovalérique et caproïque. « Ce scale-up nous fait entrer dans le cercle très fermé des start-up de biotechnologie aux portes de l’industrialisation. Ce succès va nous permettre de travailler plus sereinement sur notre prochaine levée de fonds« , se félicite Nicolas Sordet, président d’Afyren. Avant d’ajouter:  » Nous recherchons en effet 10 millions d’euros pour financer notre développement et notre passage à l’échelle industrielle et de fait nous imposer comme l’une des sociétés les plus avancées dans la production de molécules substituables au pétrole« . Cette étape franchie va permettre ainsi à la société de conforter ses prévisions pour le développement d’une unité industrielle. « Nous travaillons donc maintenant sur le déploiement industriel du procédé et de son intégration sur une unité de production sucrière, source de fortes synergies, avec en ligne de mire, la construction d’une première usine en France« , précise Jérémy Pessiot, directeur général d’Afyren

Un pilote déjà chez Cristal Union

Cette validation de montée en échelle intervient après qu’Afyren ait validé son procédé à l’échelle pilote en fin d’année 2016. C’est ensuite que tout s’est accéléré pour la société, avec l’inauguration d’un pilote de production chez son partenaire sucrier Cristal Union. D’une capacité de fermentation de 3 m3, cette unité est en mesure de produire plusieurs centaines de kilos par an d’acides organiques biosourcés à partir de pulpe surpressée et de mélasse de betterave.

 

Partager cet article avec :